Direct
International

Aide financière US: l'Afghanistan réclame des garanties écrites (président)

International
URL courte
Situation en Afghanistan (681)
0300

Le président afghan Hamid Karzaï a déclaré à Kaboul qu'il voulait que les promesses d'aide financière américaine à l'Afghanistan après le départ des troupes étrangères fin 2014 soient couchées sur papier, rapporte l'agence Pajwak.

Le président afghan Hamid Karzaï a déclaré mardi à Kaboul qu'il voulait que les promesses d'aide financière américaine à l'Afghanistan après le départ des troupes étrangères fin 2014 soient couchées sur papier, rapporte l'agence Pajwak.

"L'Afghanistan est dans la voie des réformes", a déclaré M.Karzaï lors d'un colloque international consacré au 157e anniversaire de la naissance du grand intellectuel, journaliste et homme politique afghan Mahmoud Tarzi, fervent combattant contre les colonisateurs britanniques.

Selon le président afghan, le pays se trouve aujourd'hui, comme il y a un siècle, sous occupation étrangère.

"Ce serait mieux si les troupes étrangères se retiraient d'Afghanistan", mais les récentes attaques terroristes à Kaboul et en province "ouvrent la voie à la poursuite de la présence du contingent étranger sur le sol afghan", a-t-il déploré.

Et de rappeler que le projet d'accord sur la coopération stratégique à long terme entre Kaboul et Washington stipulait qu'après le départ du contingent militaire étranger, "les Etats-Unis continueraient à fournir une grande aide financière à l'Afghanistan".

"Mais une telle formule n'arrange pas les autorités de la République islamique", a indiqué le président afghan.

Auparavant, Washington a promis que son aide financière de quatre milliards de dollars par an à Kaboul serait maintenue après le départ des troupes.

"Que ce soit moins, que ce soit deux milliards, mais ce chiffre doit figurer dans le texte de l'accord", a exigé le président afghan, ne voulant pas se fier à des "promesses vides".

Dossier:
Situation en Afghanistan (681)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik