Direct
International

CEI: la Géorgie s'émancipe des accords conclus

International
URL courte
0400

La Géorgie a résilié environ 40 accords conclus dans le cadre de la Communauté des Etats indépendants et envisage de se retirer des 30 accords restants, a déclaré lundi la vice-ministre géorgienne des Affaires étrangères Nino Kalandadze lors d'un point presse à Tbilissi.

La Géorgie a résilié environ 40 accords conclus dans le cadre de la Communauté des Etats indépendants et envisage de se retirer des 30 accords restants, a déclaré lundi la vice-ministre géorgienne des Affaires étrangères Nino Kalandadze lors d'un point presse à Tbilissi.

"La procédure de sortie d'environ 70-75 accords internationaux conclus dans le cadre de la CEI a démarré il y a déjà longtemps. A présent, il reste encore près de 30 accords dont la Géorgie veut se retirer. Ne faisant pas partie de la CEI, nous ne voulons pas être tenus à des obligations supplémentaires dans le cadre de cette union", a expliqué Mme Kalandadze.

Le président géorgien Mikhaïl Saakachvili a annoncé le retrait de Tbilissi de la Communauté des Etats indépendants suite au conflit militaire en Ossétie du Sud en août 2008. Le 14 août, le parlement a approuvé l'initiative de M.Saakachvili, et le 18 août, le ministère géorgien a informé le Comité exécutif de la CEI de la sortie du pays de la Communauté.

La procédure officielle de sortie de la Géorgie de la CEI s'est achevée le 18 août 2009.

Le 8 août 2008, Tbilissi a lancé une offensive militaire contre l'Ossétie du Sud, détruisant Tskhinvali et tuant des centaines de civils ainsi que des soldats de la paix russes déployés dans cette république autoproclamée. La Russie a riposté militairement et contraint la Géorgie à la paix avant de reconnaître le 26 août l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, autre ancienne autonomie géorgienne.

Affirmant avoir été "victime d'une provocation russe", la Géorgie a rompu les relations diplomatiques avec Moscou et décrété les républiques "territoires occupés".

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik