Direct
International

Russie-USA: renoncer aux stéréotypes hérités de la guerre froide (ambassadeur)

International
URL courte
0400

En 20 ans écoulés depuis la fin de la guerre froide, Russes et Américains ne sont pas parvenus à dépasser les stéréotypes hérités de cette époque, seul un dialogue étant en mesure de les y aider, a déclaré l'ambassadeur russe aux Etats-Unis, Sergueï Kisliak.

En 20 ans écoulés depuis la fin de la guerre froide, Russes et Américains ne sont pas parvenus à dépasser les stéréotypes hérités de cette époque, seul un dialogue étant en mesure de les y aider, a déclaré l'ambassadeur russe aux Etats-Unis, Sergueï Kisliak.

"D'un côté, aux niveau présidentiel et gouvernemental, la coopération russo-américaine progresse, même si nos pays ne sont pas parvenus à se débarrasser totalement des stéréotypes de la guerre froide. Il nous faut un programme et des idées pour les dépasser", a-t-il déclaré à l'inauguration d'un séminaire organisé à Washington.

L'ambassadeur a notamment cité les résultats du "redémarrage" des relations accumulés depuis trois ans.

"Nous coopérons en Afghanistan, nous avons tenu des négociations sur l'adhésion (de la Russie, ndlr) à l'OMC, nous nous sommes entendus sur le traité START, nous avons créé une commission présidentielle dont les départements travaillent sur les grands axes des relations, de la politique à la défense en passant par la culture", a rappelé l'ambassadeur.

M. Kisliak s'est cependant étonné de la permanence de stéréotypes d'une autre époque. "L'éclairage des événements en Russie fourni par les médias américains est très étonnant (…). Il n' y a pas de lecture plus angoissante que ces publications (…). Un journaliste m'a même confié que les bonnes nouvelles de Russie se vendaient mal", a indiqué l'ambassadeur de Russie.

"J'en ai parlé avec des experts des relations publiques. Vingt ans après, on associe toujours la Russie à la guerre froide. Il y a pourtant de nombreuses publications expliquant que la Russie actuelle est tout à fait différente, que ce n'est pas l'URSS. Nous luttons jusqu'à présent contre ces stéréotypes", a-t-il conclu.

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik