• fra
11:17 29 Janvier 2015
Direct
International

Snowden: le renseignement US piratait des ordinateurs en Chine (journal)

International
(mis à jour 21:21 27.01.2015)
Espionnage du Web par les services spéciaux américains (247)
000
L'ex-employé de la CIA Edward Snowden, auteur des fuites sur l'affaire d'espionnage de données privées Prism, a fourni des documents indiquant que l'Agence américaine de sécurité nationale (NSA) piratait des ordinateurs à Hong Kong et en Chine, écrit vendredi le South China Morning Post.

L'ex-employé de la CIA Edward Snowden, auteur des fuites sur l'affaire d'espionnage de données privées Prism, a fourni des documents indiquant que l'Agence américaine de sécurité nationale (NSA) piratait des ordinateurs à Hong Kong et en Chine, écrit vendredi le South China Morning Post.

Auparavant, le journal américain Foreign Policy, citant des sources au sein du NSA, a affirmé l'existence au sein de l'Agence d'un Bureau d'accès spécialisé (Tailored Access Operations, TAO), qui aurait espionné dessystèmes informatiques et de communication chinois pendant 15 ans.

Selon le South China Morning Post, Snowden aurait fourni une liste d'adresses-IP hébergées à Hong Kong et en Chine continentale soumises à des attaques du NSA depuis 2009.

L'ancien employé de la CIA a indiqué que ces informations concernaient uniquement des particuliers et ne contenaient pas de données miliaires.

Le Washington Post et The Guardian ont révélé la semaine dernière l'existence d'un réseau mondial de surveillance des échanges par mail, messageries instantanées, téléphone et réseaux sociaux qui impose aux sociétés du secteur américaines, et même étrangères, un accès à leurs serveurs, archives et données d'utilisateurs.

Ce programme baptisé Prism permet à la NSA et au FBI d'accéder à des données concernant des personnes vivant hors Etats-Unis via neuf géants de l'Internet, dont Apple, Facebook, Google, Microsoft, PalTalk, Skype, et Yahoo.

Le président US Barack Obama a justifié les mesures de surveillance des communications par téléphone et internet qui, selon lui, ne violent "en rien" la Constitution américaine et permettent de protéger la sécurité nationale.

Edward Snowden, actuellement réfugié à Hong-Kong, a reconnu avoir transmis les données confidentielles aux journalistes. Il a justifié son geste par un souci de justice et son refus des intrusions dans la vie privée des citoyens américains.

Dossier:
Espionnage du Web par les services spéciaux américains (247)