• fra
08:30 25 Avril 2015
Direct
International

Droits de l'homme: l'Equateur propose d'aider les USA

International
(mis à jour 21:21 27.01.2015) URL courte
600
L'Equateur propose à Washington une aide financière annuelle destinée à améliorer la situation des droits de l'homme aux Etats-Unis et appelle ces derniers à ratifier les documents dans ce domaine, ont annoncé jeudi les médias équatoriens, citant le ministre de la Communication Fernando Alvarado.

L'Equateur propose à Washington une aide financière annuelle destinée à améliorer la situation des droits de l'homme aux Etats-Unis et appelle ces derniers à ratifier les documents dans ce domaine, ont annoncé jeudi les médias équatoriens, citant le ministre de la Communication Fernando Alvarado.
 
M. Alvarado avait antérieurement annoncé que son pays renonçait unilatéralement aux tarifs préférentiels dont il bénéficiait dans le cadre de son accord douanier avec les Etats-Unis. Il s'agit de l'Accord commercial préférentiel andin d'éradication de la drogue (ATPDEA) signé par quatre pays latino-américains: l'Equateur, la Bolivie, la Colombie et le Pérou. Ce document constitue une sorte de "compensation" à ces pays pour leur contribution à la lutte contre le trafic de stupéfiants.
 
"L'Equateur propose aux Etats-Unis une aide de 23 millions de dollars par an destinée à dispenser une formation dans le domaine des droits de l'homme",  a déclaré M. Alvarado, précisant que ce montant était "l'équivalent de la somme obtenue chaque année par l'Equateur dans le cadre de l'ATPDEA".
 
Après avoir rappelé que l'Equateur était l'un des sept pays d'Amérique du sud et d'Amérique du nord à avoir ratifié "tous les documents relatifs aux mécanismes interaméricains en matière de droits de l'homme", le ministre a appelé les Etats-Unis à "en ratifier au moins un seul".
 
"Nous sommes conscients qu'il doit y avoir des mécanismes de lutte contre le terrorisme, mais nous ne pouvons pas accepter que cette lutte porte atteinte aux droits de l'homme et à la souveraineté des peuples", a indiqué M. Alvarado.