• fra
23:36 31 Janvier 2015
Direct
Opinion

Tir d'un missile indien: au-delà du prestige, un signal envoyé à Pékin

Opinion
(mis à jour 21:20 27.01.2015)
000
Le lancement par l'Inde d'un missile balistique d'une portée de 5.000 km était attendu, mais il pourrait nuire aux relations entre New Dehli et Pékin, estiment les experts interrogés par RIA Novosti.

Le lancement par l'Inde d'un missile balistique d'une portée de 5.000 km était attendu, mais il pourrait nuire aux relations entre New Dehli et Pékin, estiment les experts interrogés par RIA Novosti.

Jeudi, l'Inde a effectué avec succès les essais du missile balistique Agni-5. Selon la presse locale, Agni-5 est un missile à trois étages alimenté par du carburant solide. Sa longueur est de 17 mètres et il pèse près de 50 tonnes. Il peut porter diverses têtes, y compris nucléaires, sur une distance supérieure à 5.000 kilomètres, ce qui le rapproche des engins intercontinentaux.

"Evidemment, le lancement par l'Inde d'un missile d'une telle portée est susceptible de nuire aux relations avec la Chine, car il est parfaitement clair que la Chine est la seule cible de tels missiles", fait remarquer Alexandre Khramtchikhine, directeur adjoint de l'Institut d'analyse politique et militaire.

L'expert a également noté que la Chine avait une énorme supériorité par rapport à l'Inde et, selon lui, le lancement effectué vise à réduire cet écart. Etant donné que la Chine dispose déjà de missiles de cette portée, on peut parler d'une course aux armements qui dure depuis longtemps entre la Chine et l'Inde, a-t-il ajouté.

Alexandre Konovalov, directeur de l'Institut des évaluations stratégiques, rejoint l'avis de son collègue.

"Pour la Chine ce n'est pas une bonne nouvelle, mais ce n'est pas non plus une surprise, car ce conflit officieux entre les deux puissances dure depuis des années. Et bien qu'on estime que l'Inde développait son potentiel nucléaire en s'orientant avant tout sur le Pakistan, il demeurait tout de même beaucoup de problèmes complexes dans les relations avec la Chine", a déclaré Alexandre Konovalov, avant de noter que cette démonstration s'inscrit parfaitement dans la ligne politique de l'Inde visant à consacrer le statut de puissance militaro-nucléaire auquel elle aspire.

"Etant donné que l'Inde développe activement son programme de missiles, il est logique que la portée des missiles qu'elle conçoit augmente", a ajouté le politologue.

Dans le même temps, évoquant les relations historiquement difficiles entre l'Inde et le Pakistan, l'expert a fait remarquer que le lancement d'un missile d'une telle portée ne concernait en rien le Pakistan et n'affecterait pas les relations entre les deux pays, car des missiles de moindre portée peuvent déjà atteindre le Pakistan. Seul problème, cela peut donner l'impression au Pakistan que New Dehli possède ce dont Islamabad ne dispose pas, estime l'expert.

Cependant, Alexandre Konovalov espère que le gouvernement pakistanais ne sera pas mû par de telles idées.

Auparavant, le directeur de l'Organisation indienne d'études et de développements en matière de défense, Vijay Kumar Saraswat, avait déclaré à la presse que le missile Agni-5 permettrait à l'Inde d'entrer dans le club prestigieux des Etats disposant de missiles balistiques intercontinentaux.

A l'heure actuelle, les missiles balistiques de cette portée se trouvent dans les arsenaux de la Russie, des Etats-Unis, de la Chine, du Royaume-Uni et de la France.

Certains pays planchent sur le développement de ces technologies.

Selon les experts de l'Organisation indienne d'études et de développements en matière de défense, le missile Agni-5 effectuera une série de tirs d'essai, et il devrait être prêt à entrer en service en 2014-2015.

 

L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction