• fra
10:23 30 Janvier 2015
Direct
Société

Moscou: détracteurs et défenseurs de l'Eglise orthodoxe face à face

Société
(mis à jour 21:20 27.01.2015)
000
Des militants qui s'apprêtaient à réaliser une "prière punk" blasphématoire sur le modèle du groupe d'opposition Pussy Riot et des défenseurs de l'église orthodoxe étaient face à face ce dimanche près du Temple du Christ Sauveur, dans le centre de Moscou.

Des militantes qui s'apprêtaient à réaliser une "prière punk" blasphématoire sur le modèle du groupe d'opposition Pussy Riot et des défenseurs de l'Eglise orthodoxe étaient face à face ce dimanche près du Temple du Christ Sauveur, dans le centre de Moscou.

La police a interpellé deux organisatrices de l'action en vue d'un "entretien préventif", a appris RIA Novosti.

Auparavant, les organisateurs de l'action non autorisée avaient annoncé que l'événement polémique se tiendrait à 14h heure locale sur le modèle d'une prière orthodoxe. Les personnes désireuses d'y participer devaient être habillées selon les normes orthodoxes. Des militants orthodoxes avait fait part de leur intention de se rendre sur les lieux auparavant afin d'empêcher l'action en gestation.

Selon un activiste orthodoxe, une brève rixe a éclaté entre les deux camps, avant d'être interrompue par la police. Une importante présence policière était notée sur les lieux.

Le 21 février, cinq membres de Pussy Riot, arborant des cagoules multicolores, ont improvisé une "prière punk" devant l'autel de la cathédrale, haut lieu du culte orthodoxe situé dans le centre de Moscou. Selon une des membres du groupe, leur action avait pour but de "supplier la Sainte Vierge de chasser Poutine le plus vite possible". La vidéo circule depuis sur internet.

Les membres du groupe sont parvenus à s'enfuir avant l'arrivée de la police. Cependant, les 3 et 4 mars, six ont été arrêtés. La justice russe les accuse de "hooliganisme", délit passible d'une peine allant jusqu'à sept années de réclusion.

L'affaire a obtenu un important retentissement international.