• fra
00:31 27 Avril 2015
Direct
Sports

L'ex-gymnaste soviétique Latynina, nouveau visage de Louis Vuitton

Sports
(mis à jour 21:20 27.01.2015) URL courte
200
L'ex-gymnaste soviétique Larisa Latynina, et le nageur américain Michael Phelps, les deux athlètes les plus médaillés de l'histoire, ont été retenus par le malletier français Louis Vuitton pour sa nouvelle campagne de publicité lancée jeudi dans la presse internationale.

L'ex-gymnaste soviétique Larisa Latynina, et le nageur américain Michael Phelps, les deux athlètes les plus médaillés de l'histoire, ont été retenus par le malletier français Louis Vuitton pour sa nouvelle campagne de publicité lancée jeudi dans la presse internationale.

Latynina, 77 ans, nonuple championne olympique, et Phelps, 27 ans, dix-huit fois champion olympique, ont posé ensemble pour la photographe américaine Annie Leibovitz. Deux photos où les deux sportifs sont représentés assis sur un canapé, un échiquier devant eux, ont été publiées dans le Wall Street Journal et d'autres éditions occidentales influentes.

"Deux parcours extraordinaires, une même destinée", indique la légende de la publicité de la marque phare du géant du luxe LVMH. Louis Vuitton a par le passé déjà retenu un Russe, l'ex-président soviétique Mikhaïl Gorbatchev, pour sa campagne publicitaire.

Larisa Latynina a remporté 18 médailles olympiques lors des Jeux olympiques de 1956, 1960 et 1964. Elle a été l'athlète la plus médaillée de l'histoire pendant 48 ans, avant que ce record ne soit battu par Michael Phelps en 2012 (22 médailles). Phelps a mis fin à sa carrière lors des Jeux olympiques de Londres.

Pendant les Jeux olympiques de Londres, Larisa Latynina a attiré l'attention de nombreux médias américains. Les lecteurs du Wall Street Journal et du New York Times ont exprimé leur admiration devant cette célèbre gymnaste sur les sites internet de ces journaux. "Extase, c'est le seul sentiment que j'éprouve à l'égard de Latynina", "je ne sais pas ce que son nom signifie en russe, mais je l'appelle Madame Dignité", écrivent les lecteurs sur le site du New York Times.