L'Algérie pourrait acheter des chasseurs et des chars russes

MOSCOU, 27 mai - RIA Novosti. L'Algérie pourrait acheter une ou deux escadrilles de chasseurs lourds Su-30MKI ou Su-34 (environ 0,8-1 milliard de dollars) et trois ou quatre escadrilles de MiG-29SMT - moins chers - avec une autonomie accrue (1-1,2 milliard de dollars), annonce le quotidien Kommersant.

Cet éventuel important achat d'armes russes a été au coeur des négociations que le chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire d'Algérie, le général de brigade Salah Gaid, a menées cette semaine à Moscou.

Par la même occasion la Russie a pour la première fois proposé à un acheteur étranger de lui reprendre une partie de ses chasseurs usagés à titre de paiement de la livraison de nouveaux appareils: en échange de MiG-29SMT neufs la Russie reprendra 36 vieux MiG-29. Cet échange devrait accroître l'attractivité des propositions russes dans la lutte contre les concurrents, notamment contre la France qui promeut le Mirage 2000-5 en Algérie.

En outre, l'Algérie entend dans les deux à trois mois à venir signer un accord prêt depuis longtemps et concernant l'achat de 300 chars russes T-90S, a annoncé une source au Service fédéral pour la coopération technico-militaire.

L'Algérie est le plus gros acheteur d'armes russes sur le continent africain. Au cours des dix dernières années la Russie lui a livré 47 hélicoptères Mi-8T, 42 MiG-17, 96 missiles de croisière X-35, 18 lance-roquettes multiples Smertch, des moyens de reconnaissance radiotechnique, écrit le journal.

L'année dernière le Groupement aéronautique de Novossibirsk a achevé la réalisation d'un contrat relatif à la fourniture à l'Algérie de 22 bombardiers Su-24MK pour un montant de 120 millions de dollars. L'Algérie a également fait l'acquisition de six avions ravitailleurs Il-78.

Les négociations sur plusieurs contrats d'un montant total de près de 2 milliards de dollars étaient sur le point d'aboutir, mais ils n'ont pas été signés en raison des récents remaniements intervenus au sein de la direction des forces armées algériennes. Il s'agit, entre autres, de la vente à l'Algérie de 50 chasseurs MiG-29 pour 1,5 milliard de dollars, de 300 chars T-90S pour 650 millions de dollars, de patrouilleurs de faible tonnage et de vedettes.

La source au sein du Service fédéral pour la coopération technico-militaire a indiqué que les rencontres avec le chef d'Etat-major de l'armée algérienne avaient montré que dans plusieurs domaines les pourparlers allaient devoir repartir pratiquement de zéro. Les militaires algériens entendent notamment réévaluer les besoins de l'armée de l'air algérienne en matière de rénovation de ses matériels volants.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала