Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les constructions navales russes vont faire peau neuve

S'abonner
MOSCOU, 23 mars - RIA Novosti. Une réorganisation d'ampleur commence dans les constructions navales russes : le président Poutine a signé plusieurs décrets donnant le feu vert à la création de la Compagnie unifiée de constructions navales (OSK).

OSK sera instituée par la Fédération de Russie dans un délai de quatre mois et la totalité de ses actions sera détenue par l'Etat, en vertu d'un décret présidentiel.

Saint-Pétersbourg, ville où sont concentrés les principaux bureaux d'études du secteur, accueillera son siège.

OSK contrôlera la totalité des actifs publics dans les constructions navales russes, y compris au sein des sociétés privées. Tous les bureaux d'études en feront également partie.

OSK sera dirigée par le conseiller présidentiel pour la politique militaro-industrielle, Alexandre Bouroutine. Le chef de l'Etat a donné son accord pour cette nomination la semaine dernière, lors d'une réunion avec les membres du gouvernement. Alexandre Bouroutine, militaire de métier, a servi à l'Etat-major général, avant d'intégrer, il y a quelques années, l'Administration présidentielle.

Un décret présidentiel prévoit la création de trois sous-holdings régionaux qui seront assujettis à la compagnie mère. Ces sous-holdings seront "rattachés" aux capacités de production existantes : Centre de constructions navales du Nord (Severodvinsk, près d'Arkhangelsk) ; Centre de l'Ouest (Saint-Pétersbourg et Kaliningrad) ; Centre d'Extrême-Orient (Vladivostok).

La totalité de leurs actions sera également détenue par l'Etat.

Le conseiller présidentiel Alexandre Bouroutine a déclaré que la Russie, grande puissance navale, doit posséder une grande flotte.

Selon lui, la Russie n'a rien à envier aux producteurs étrangers de matériel naval.

"Nous sommes toujours en mesure de construire des matériels compétitifs, aussi bien pour la marine de guerre que pour la flotte civile", a récemment déclaré le conseiller présidentiel dans un journal télévisé.

Toutefois, "nous marquons le pas dans le développement de la base technologique" et le rééquipement technique demandera des fonds importants.

Selon lui, les chantiers navals russes ont des carnets de commandes militaires bien remplis, le principal problème réside dans la réalisation de projets civils.

"Il s'agit de la flotte des chalutiers, de la création des navires pour la mise en valeur du plateau continental, de bateaux-laboratoires et de brise-glaces. C'est aussi la flotte fluviale et les navires à vocation double (fleuve-mer). Je pense que dans ce segment du marché mondial la Russie pourrait occuper une niche importante", a déclaré Alexandre Bouroutine.

Les experts rappellent que la production de ressources énergétiques s'éloigne toujours plus des côtes. La Russie, un des premiers producteurs mondiaux de pétrole et de gaz, a besoin d'une flotte géante de navires hautement technologiques et d'une marine de guerre moderne, pour protéger ses richesses.

Le premier vice-premier ministre, Sergueï Ivanov, estime qu'étant donné la mise en valeur du plateau continental, la Russie doit construire des plateformes d'extraction et des vaisseaux spéciaux de transport d'hydrocarbures. Un appel d'offres pour la création de tels navires a été déjà été lancé par le ministère de l'Industrie et de l'Energie, a-t-il annoncé lors d'une réunion consacrée à la réforme du secteur le 9 mars.

La capacité du marché de la flotte civile est très importante. Toujours selon Sergueï Ivanov, "le coût des travaux sur le plateau continental est estimé à plusieurs milliers de milliards de dollars".

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала