Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Une atmosphère de peur et d'instabilité persiste au Kosovo (ambassadeur russe à l'ONU)

S'abonner
NEW YORK (Nations Unies), 2 mai - RIA Novosti. Une atmosphère de peur et d'instabilité persiste au Kosovo et les ambassadeurs du Conseil de sécurité de l'ONU l'ont constaté pendant leur mission à Pristina et à Belgrade, a déclaré mercredi le délégué permanent russe à l'ONU Vitali Tchourkine.

"Une atmosphère de peur et d'instabilité persiste dans la province", a notamment indiqué le représentant permanent de la Fédération de Russie auprès de l'Organisation des Nations Unies, intervenant mercredi devant les journalistes à New York à l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU où le chef de la mission et ambassadeur de la Belgique à l'ONU, Johan Verbeke, a présenté le rapport sur ce voyage dans la région.

Selon Johan Verbeke, malgré d'importants changements qui se sont produits ces derniers temps au Kosovo, il n'y a toujours pas là de société multiethnique, car les communautés serbes et albanaises sont toujours isolées les unes des autres. Qui plus est, il n'y a toujours pas non plus d'unanimité sur la question du futur statut du Kosovo ni entre Belgrade et Pristina, ni entre la majorité albanaise, d'une part, et les minorités ethniques, de l'autre, dans la province elle-même.

Comme l'a aussi relevé le chef de la mission du Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies, le retour des réfugiés serbes est très lent, faute d'infrastructure sociale et de garanties de la sécurité.

L'attitude de la Russie quant à la définition du statut du Kosovo reste invariable, a souligné l'ambassadeur russe à l'ONU.

Selon Vitali Tchourkine, de toute évidence, la discussion sur cette question démarrera la semaine prochaine quand le Conseil de sécurité de l'ONU se mettra à examiner le texte du rapport. Moscou s'attend à ce qu'à l'issue de cette mission, le Conseil de sécurité de l'ONU adopte une résolution qui exhorte à la poursuite du dialogue et à la mise en application des standards de sécurité pour le Kosovo.

C'est à la Russie que revient l'initiative d'envoyer une mission des pays membres du Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies à Belgrade et à Pristina pour y procéder à une analyse d'ensemble de la mise en application des standards de sécurité pour cette province. Moscou était intervenu contre l'approbation du plan du représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour le Kosovo, Martti Ahtisaari, qui prévoit l'octroi de l'indépendance à cette province serbe peuplée essentiellement d'Albanais.

La mission du Conseil de sécurité de l'ONU est revenue à New York dimanche dernier. Dans le cadre de cette mission, les quinze ambassadeurs du Conseil de sécurité de l'ONU ont pu rencontrer des officiels de la Serbie et du Kosovo, de l'Alliance de l'Atlantique Nord et de l'Union européenne (UE). Ils ont également étudié la situation sur place et ont eu une nouvelle rencontre à Vienne avec le médiateur international pour le Kosovo - Martti Ahtisaari.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала