Crédibilité des allégations de Lougovoï sur le recrutement de Litvinenko et Berezovski par les Britanniques (député)

MOSCOU, 31 mai - RIA Novosti. Mikhaïl Grichankov, premier vice-président du Comité de défense de la Douma (chambre basse du parlement russe), qualifie de crédibles les affirmations d'Andreï Lougovoï sur le recrutement de Litvinenko et Berezovski par les services secrets britanniques.

Andreï Lougovoï, accusé par les autorités britanniques du meurtre de l'ex-officier du FSB Alexandre Litvinenko, a déclaré jeudi dernier au cours d'une conférence de presse à Moscou qu'Alexandre Litvinenko et l'entrepreneur Boris Berezovski avaient été recrutés par les services secrets britanniques. Il n'exclut pas l'implication des services secrets britanniques dans le meurtre de l'ex-officier du FSB.

Mikhaïl Grichankov a déclaré jeudi dernier dans une interview à RIA Novosti : "A un moment donné, Boris Berezovski disposait, en tant que haut fonctionnaire, d'informations secrètes, par conséquent, les services secrets britanniques ont profité d'une occasion exceptionnelle pour les lui soutirer.

"La rapidité de l'octroi de la citoyenneté britannique à Boris Berezovski suggère aux spécialistes l'idée que les services secrets y ont mis la main. La déclaration faite aujourd'hui par Andreï Lougovoï le confirme", a fait remarquer le député.

"En appliquant une politique agressive à l'égard de la Russie, les services secrets britanniques pouvaient mettre en oeuvre diverses variantes en vue de discréditer notre pays, y compris par l'assassinat d'Alexandre Litvinenko", a-t-il souligné.

Toutes les informations concernant la mort de l'ex-officier du FSB doivent être étudiées minutieusement, estime le parlementaire. "La déclaration d'Andreï Lougovoï doit inciter les procureurs britanniques à accorder une attention particulière à cette affaire et, peut-être, à revoir leur point de vue".

Un représentant de l'ambassade de Grande-Bretagne à Moscou a déclaré jeudi à RIA Novosti que l'assassinat de l'ancien employé du FSB Alexandre Litvinenko, dont la Grande-Bretagne accuse l'homme d'affaires russe Andreï Lougovoï, était une affaire criminelle qui n'a rien à voir avec l'espionnage.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала