Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Aéronautique: Aeroflot compte sur un contrat avec Boeing (Kommersant)

S'abonner
MOSCOU, 7 juin - RIA Novosti. Le 11e Forum économique international de Saint-Pétersbourg doit donner lieu à l'annonce, samedi, d'une série de nouveaux projets du groupe aéronautique américain Boeing en Russie. Il s'agit du renouvellement du contrat avec Aeroflot sur la fourniture de 22 avions Boeing-787 que l'administration du président russe a de facto bloqué en 2006. En échange de cette transaction portant sur près de 2 milliards de dollars, Boeing intensifiera sa coopération avec Sukhoi en vue de promouvoir le projet de jet régional Sukhoi Superjet. Les experts interprètent ce basculement vers les Etats-Unis comme une réponse à l'Europe qui n'a pas autorisé la Russie à participer à la gestion d'un autre géant aéronautique, EADS.

L'accord de coopération à long terme entre Boeing et le Consortium aéronautique unifié (OAK) est un document "générique", a expliqué une source proche du Forum économique international de Saint-Pétersbourg. S'y ajouteront deux autres textes: un contrat entre Boeing et Aeroflot, la première compagnie aérienne russe, sur la fourniture de 22 avions long-courrier Boeing-787 et un protocole d'intentions entre Boeing et Sukhoi Civil Aircraft. Aux termes de ce dernier document, Boeing élargira sa participation au projet de Sukhoi Superjet (SSJ), son rôle étant limité jusqu'à présent à celui de conseiller marketing de ce projet activement promu par l'Etat russe. Boeing accordera à Sukhoi une assistance en matière de service après-vente et de construction d'un centre de formation conjoint.

Selon les experts, le réchauffement des relations avec Boeing fait suite aux échecs d'intégration avec le secteur aéronautique européen. EADS, le géant européen de l'aérospatiale et de la défense, a refusé en 2006 de laisser participer la Russie à sa gestion après l'achat par la banque russe VTB d'environ 5% de ses actions. "Faute d'avoir conclu un accord avantageux avec l'Europe, la Russie cherche les bonnes grâces des Américains", constate le directeur du service analytique de l'agence Aviaport, Oleg Panteleïev. Le directeur général adjoint du groupe d'audit et de conseil Finexpertiza, Agvan Mikaëlian, note pour sa part qu'en se rapprochant avec EADS en 2006 et début 2007, la Russie a fait un pied de nez aux Etats-Unis et qu'elle fait le contraire aujourd'hui.

Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала