Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le Kazakhstan révise ses projets spatiaux avec la Russie (Izvestia)

S'abonner
MOSCOU, 14 juin - RIA Novosti. Le Kazakhstan envisage de revenir sur ses ententes avec la Russie réglementant les modalités de lancement, à partir du centre spatial de Baïkonour, des fusées Proton, a déclaré le président de l'Agence aérospatiale nationale du Kazakhstan (Kazkosmos), Talgat Moussabaïev.

M. Moussabaïev a pointé du doigt l'heptyle, combustible des Proton, dont l'utilisation affecte l'environnement. Le lancement de la fusée Proton-M programmé pour le 7 juillet prochain sera autorisé à titre d'exception.

Le patron de l'agence kazakhe a par ailleurs annoncé la suspension des travaux de conception du lanceur Ichim pour des raisons de rentabilité. L'Institut des technologies thermiques de Moscou était le principal partenaire russe du Kazakhstan dans le cadre du projet lancé en vertu d'un accord signé avec le gouvernement kazakh en novembre 2005.

La fusée Ichim est destinée à lancer de petits appareils spatiaux à vocation civile depuis l'avion MiG-31. En quittant l'avion vecteur, cette fusée dotée de son propre moteur s'envole à une altitude supérieure pour mettre en orbite le satellite.

Le Kazakhstan a décidé de s'adonner aux activités spatiales à la fin de 2005. Il venait alors de lancer son premier satellite de télécommunications et envisageait de créer le plus grand pas de tir du monde pour lancer des fusées porteuses de nouvelle génération. L'intérêt des autorités kazakhes pour l'espace ne doit rien au hasard. Depuis longtemps, les experts mettent en garde contre la dépendance excessive du Kazakhstan par rapport aux exportations de pétrole. Et c'est alors qu'on s'est souvenu de l'espace.

Astana a déjà lancé un projet russo-kazakh, pour un montant de 220 millions de dollars, prévoyant la construction à Baïkonour du pas de tir Baïterek sur la base de l'expérience russe en matière de conception de la fusée de nouvelle génération Angara. Le projet est financé par les autorités kazakhes. Le Baïterek sera utilisé pour lancer des fusées légères, moyennes et lourdes. Sa conception doit se terminer en 2008. Le gouvernement espère qu'avec la mise en service du Baïterek les lancements de satellites kazakhs seront désormais réguliers.

Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала