Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Washington refuse de céder ses contrats d'armements à la Russie (RBC Daily)

S'abonner
La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice, qui a soutenu la décision de la Maison Blanche d'alimenter en armes les pays du Golfe, a appelé - visiblement en allusion à la Russie - à éviter que Riyad soit amené à acheter des armes ailleurs.
MOSCOU, 7 août - RIA Novosti. Les ventes d'armes aux monarchies du Golfe Persique suscitent de sérieuses inquiétudes aux Etats-Unis, vu l'instabilité des régimes en question et l'impératif d'éviter que des armements potentiellement déstabilisateurs soient transmis à l'Arabie saoudite. La Chambre des représentants a envoyé au président George W. Bush une lettre l'avertissant qu'elle bloquerait les livraisons de nouveaux armements américains à l'Arabie saoudite et aux autres pays riverains du Golfe.

La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice, qui a soutenu la décision de la Maison Blanche d'alimenter en armes les pays du Golfe, a appelé - visiblement en allusion à la Russie - à éviter que Riyad soit amené à acheter des armes ailleurs.

Traditionnellement, les pays du Golfe se ravitaillent en armements en Occident, essentiellement aux Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France complétant le tiercé gagnant.

Désormais, Riyad semble vouloir diversifier ses approvisionnements au profit de la Russie. L'Arabie saoudite a déjà manifesté de l'intérêt pour les systèmes d'armes sol-air russes. La semaine dernière, Moscou a reçu la visite du prince Bandar Ben Sultan, secrétaire général du Conseil de sécurité national d'Arabie saoudite, qui a visité, selon RBC Daily, plusieurs usines militaires russes et a évoqué la possibilité de conclusion de nouveaux contrats militaires.

Il se peut, cependant, que ces projets ne se réalisent jamais. Car les menaces et les résolutions du Congrès américain auront du mal à arrêter l'administration Bush.

Deux contrats, estimés à des milliards de dollars, portant sur la livraison de blindés au Koweït, qui lui aussi cherche à diversifier ses approvisionnements, et de systèmes d'armes sol-air Pantsyr S-1 aux Emirats arabes unis constituent les seuls grands succès enregistrés par la Russie ces dernières années dans la région du Golfe.

Or, selon des experts interrogés par RBC Daily, la Russie a déjà raté une belle occasion de renforcer sa présence sur le marché des armements des pays du Golfe. Après 2001, les relations entre les Etats-Unis et l'Arabie saoudite se sont dégradées au point que Moscou, pour la première fois après la guerre froide, avait une chance réelle de conquérir ce marché. Toutefois, les premières consultations n'ont eu lieu qu'en 2005, et les négociations sur des contrats sérieux, tels que la vente de quelque 150 chars T-90, n'ont débuté qu'en 2006.

Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала