Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Russie sommée par l'UNESCO de présenter un rapport sur l'état des sites culturels de St-Pétersbourg

S'abonner
MOSCOU, 31 août - RIA Novosti. Le Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO a demandé à la Russie de présenter d'ici au 1er février 2008 un rapport sur l'état actuel et les perspectives de développement du centre historique de Saint-Pétersbourg, a déclaré vendredi aux journalistes à Moscou le directeur général adjoint de l'UNESCO, Marcio Barbosa.

Il a précisé que cette demande était une réponse à l'idée de construire une tour pour Gazprom dans la partie historique de Saint-Pétersbourg, ce qui mettrait en danger l'ensemble architectural de la ville.

Selon M. Barbosa, quand un Etat propose à l'UNESCO d'inscrite un site sur la Liste du patrimoine mondial, "nous comprenons que le pays a intérêt à le faire et lui signifions son devoir de maintenir ce site en bon état".

"Une fois le site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial, nous rappelons au pays qu'il doit respecter cette condition. Dans le cas de la construction d'une tour pour Gazprom à Saint-Pétersbourg, nous avons demandé aux autorités municipales de retarder les travaux, de ne pas les faire avancer, car nous craignons que la construction de cet ouvrage ne constitue un motif pour radier la partie historique de Saint-Pétersbourg de la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO", a fait savoir M. Barbosa.

Pour reprendre la terminologie du football, "on a montré à la partie russe la carte jaune qui pourra être suivie de la carte rouge", a ajouté le directeur adjoint de l'UNESCO.

Il a été convenu que la partie russe présenterait d'ici au 1er février prochain un rapport circonstancié sur l'état actuel et les perspectives de développement de la partie centrale de Saint-Pétersbourg.

"Si la situation ne s'améliore pas, ce site historique sera retiré de la Liste", a indiqué M. Barbosa avant d'ajouter que le Comité du patrimoine mondial n'avait encore jamais connu ce genre de précédents.

Il a également espéré que cela ne se produirait pas dans le cas de Saint-Pétersbourg. En outre, a-t-il affirmé, des représentants de l'UNESCO examineront ce problème le 13 septembre prochain avec les dirigeants de Gazprom et les autorités municipales.

Le Convention du patrimoine mondial a été adoptée en 1972. L'UNESCO regroupe 192 Etats.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала