Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Courrier des lecteurs N.Fontaine, 2007-09-03 12:46

S'abonner

Bonjour, il semble que les média français se relancent dans une campagne particulière d'analyse sur la Russie. Le chroniqueur A.Adler a abordé hier matin sur France culture le début de la campagne "présidentielle" (en confondant par la même dans le calendrier des élections, avec la préparation des législatives, à quel point donc le dossier était étudié!), en soulignant que même s'il fallait reconnaître que les élections avaient été libres auparavant et non truquées, cela tenait uniquement au fait que les structures d'Etat n'étaient pas assez organisées pour "bourrer les urnes", ce qui n'était plus le cas actuellement.

 Le Kremlin est accusé de réprimer toutes manifestations de groupuscules d'opposition, mais M.Adler reconnaît malgré tout que les libertés publiques n'avaient jamais atteint un tel niveau en Russie par le passé. En revanche, M. Adler conclut de l'arrestation de l'un des chefs de la mafia "de Tambov" dans l'affaire du meurtre de Mme Politkovskaïa, qu'il n'y a plus de Président en Russie(!), car cette mafia étant liée à Gazprom, et M. Poutine étant lié à Gazprom, et le dit suspect étant susceptible de parler, le chef du Kremlin n'était plus en mesure de maîtriser sa survie politique, compromise par les mises en causes du Procureur. Il est prêté également comme propos à M.Ivanov que s'il était élu, il ne suivrait pas la politique de M.Poutine. M.Adler oublie que ce sont les élections législatives qui vont se disputer, et que la composition de la Douma sera un indicateur de la politique qui devra être suivie, bon gré mal gré par le prochain Président russe... Mais comme M. Adler confond les deux élections dans le temps...!! 


Enfin, les frasques de M. Sarkozy et de son équipe sur le plan des relations internationales sont aussi catastrophiques que je l'imaginais, avec un alignement regrettable sur la diplomatie de l'administration Bush au sujet de l'Irak, des maladresses verbales et des absurdités dans la déclaration de politique étrangère, entre autres, qui conduisent la France à indisposer l'Espagne, la Russie, ou à contrarier le dialogue avec l'Iran, l'Irak...la Turquie ( qui doit bien rire désormais des promesses électorales de M.Sarkozy, contraint de manger son chapeau sur la possible adhésion de ce pays...Consternant! On va finir par regretter "l'ami Jacques"! C'est un comble.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала