Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Législatives russes: l'OSCE renonce à envoyer ses observateurs pour des raisons politiques (Moscou)

S'abonner
La décision du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme (BIDDH) de l'OSCE de renoncer à participer à l'observation des législatives en Russie est due au désir de cette organisation de présenter sous un mauvais jour les élections en Russie
MOSCOU, 16 novembre - RIA Novosti. La décision du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme (BIDDH) de l'OSCE de renoncer à participer à l'observation des législatives en Russie est due au désir de cette organisation de présenter sous un mauvais jour les élections en Russie, estime Igor Borissov de la Commission électorale centrale (CEC) russe.

Les élections des députés à la Douma (Chambre basse du parlement russe) de cinquième législature auront lieu le 2 décembre prochain.

"Ayant compris que ni la loi électorale russe ni l'organisation des élections ne pouvaient être mises en cause, le BIDDH de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a sans doute décidé d'exploiter l'unique chance qui lui restait de s'attaquer à nous - renoncer à observer les élections sous prétexte d'un prétendu retard dans la délivrance des visas", a déclaré vendredi devant les journalistes à Moscou M. Borissov.

"La raison invoquée à l'appui du refus d'envoyer des observateurs aux élections - le prétendu retard dans la délivrance des visas - est tirée par les cheveux", a dit le membre de la Commission électorale centrale de Russie, en faisant remarquer que les évaluations du BIDDH/OSCE étaient souvent politisées.

"Dès le début, des notes négatives transparaissaient dans les propos tenus par les officiels du BIDDH/OSCE concernant les élections en Russie", a poursuivi M. Borissov.

Selon lui, des représentants du BIDDH/OSCE étaient à Moscou le 14 novembre dernier et ils se sont pratiquement engagés dans le processus de suivi des élections. Ils ont eu plusieurs rencontres et se sont mis à étudier la situation sur place, a noté le membre de la CEC.

Cela dit, M. Borissov a fait remarquer que pratiquement la moitié des observateurs du BIDDH, devant venir en Russie, n'avaient pas besoin de visas, car ils ont des passeports diplomatiques ou sont citoyens des pays membres de la Communauté des Etats indépendants (CEI) et ont le droit d'entrer librement - sans visas - sur le territoire de la Fédération de Russie.

Qui plus est, a-t-il rappelé, l'invitation adressée au BIDDH/OSCE a été envoyée encore le 31 octobre dernier, c'est-à-dire plus d'un mois avant la date du scrutin.

"Quoi qu'il en soit, le BIDDH/OSCE a attendu le 13 novembre dernier pour remplir les papiers requis pour ses observateurs internationaux", a souligné M. Borissov.

Par ailleurs, le membre de la CEC a signalé que l'absences des observateurs du BIDDH/OSCE tout d'ailleurs comme leur présence n'entraîne aucune conséquence juridique pour la Fédération de Russie.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала