Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Kosovo: courage, fuyons!

S'abonner
Par Alexeï Pankine, pour RIA Novosti
Par Alexeï Pankine, pour RIA Novosti

"Qu'y a-t-il de si particulier dans la situation au Kosovo par rapport à d'autres conflits similaires? Pourquoi l'indépendance du Kosovo a-t-elle été reconnue à la hâte par les Etats-Unis et la plupart des Etats de l'UE?", ai-je demandé par écrit à Georgi Derlugian, professeur russe à la Northwestern University de Chicago, et l'un des principaux spécialistes mondiaux du Caucase. Pour toute réponse, il m'a envoyé un hyperlien vers un documentaire intitulé "The Albanian Brooklyn Connection", réalisé par des Hollandais, sorti en février 2005 et diffusé aux Etats-Unis par la chaîne de télévision publique PBS.

Le personnage central du film, qui se nomme Florin Krasniqi, est un Américain d'origine kosovare. Il se livre à des activités de lobbying aux Etats-Unis en faveur de l'indépendance du Kosovo. "Je suis heureux de vous annoncer que nous avons déjà recueilli aujourd'hui 510.000 dollars", voit-on s'exclamer Richard Holbrook, ancien sous-secrétaire d'Etat américain chargé de la Yougoslavie sous Bill Clinton, au cours d'un déjeuner de charité organisé par Krasniqi en 2004 en faveur du candidat démocrate à la présidentielle. Avant cette intervention, on le voit en compagnie de l'ancien commandant en chef des forces de l'OTAN Wesley Clark en train de parler amicalement avec des anciens combattants de l'Armée de libération du Kosovo. C'est ce même Holbrook, actuel conseiller de Hillary Clinton, qui vient d'accuser la Russie d'avoir provoqué les troubles actuels en Serbie.

Parallèlement à la collecte d'argent, Krasniqi achète légalement aux Etats-Unis des armes ("pour chasser les éléphants en Tanzanie", explique-t-il au vendeur en faisant l'acquisition d'un fusil gros calibre), pour les envoyer par la suite illégalement et par cargaisons de plusieurs tonnes au Kosovo, placé, rappelons-le, sous la tutelle des Nations unies et de l'OTAN. "Celui-ci pourrait même abattre un hélicoptère", dit-il en montrant à des membres de sa famille, au Kosovo, le fameux fusil destiné à la "chasse aux éléphants".

Voici encore quelques extraits et citations du film, qui ne contient guère de commentaires, juste les monologues du Kosovar américain et ses réponses aux brèves questions posées par le réalisateur.

"L'argent fait des miracles dans ce pays [Etats-Unis]. Les sénateurs et congressmen ont besoin de dons, et si vous les financez, si vous collectez de l'argent pour leur compte, ils s'empresseront de vous renvoyer l'ascenseur".

A la question de savoir si la proclamation de l'indépendance du Kosovo provoquerait une guerre, il répond: "J'espère que non. Mais si la guerre est inévitable, nous y sommes prêts. Cela aura sans doute lieu d'ici un an et demi (rappelons que le documentaire a été tourné en 2004 - A.P.). Si cela n'arrive pas ce printemps, ce sera au printemps prochain. Si le Kosovo n'obtient pas l'indépendance, il y aura une guerre".

"Les Nations unies ne savent pas de quoi nous sommes capables. Si nous avons réussi à attirer l'OTAN ici, pour qu'elle nous aide à nous libérer, je pense que nous sommes à même de faire en sorte que les Nations unies disparaissent de ce territoire".

Et voici un dialogue entre Krasniqi et la présentatrice (et réalisatrice) du film:

"- J'ai parlé avec un représentant de l'OTAN à Pristina, et il m'a dit qu'ils parvenaient efficacement à désarmer les Albanais.

- Ha! ha! Tout ça c'est de la propagande otanienne... Ni l'OTAN, ni personne d'autre ne réussira jamais à désarmer les Albanais. Nous avons connu une histoire si épouvantable que nous n'avons plus confiance en personne. Les Albanais du Kosovo sont très bien armés, et même si l'OTAN se retire d'ici, ou si nous n'accédons pas à l'indépendance par des moyens pacifiques, nous utiliserons nos armes afin de parvenir à nos fins".

Voici en quoi consiste la particularité du Kosovo: les soldats de la paix, qu'ils appartiennent à l'OTAN ou bien à l'ONU, ne représentent pas un moyen de faire respecter la loi et l'ordre, ils ne sont même pas un instrument du jeu géopolitique des Etats qui les y ont envoyés, mais plutôt un jouet entre les mains des séparatistes. Soit ils constituent un moyen pour ces derniers de parvenir à leurs fins, soit ils choisissent d'y faire obstacle. Dans ce dernier cas, les séparatistes retourneront les armes contre leurs "défenseurs".

Peut-être le secret de l'indépendance du Kosovo réside-t-il dans le fait que les Etats-Unis et les Européens se sont rendu compte de cette réalité, et ont eu subitement la frousse? En d'autres termes, dans le jeu international "policiers contre brigands", peut-être que ce sont les brigands qui l'ont finalement emporté sur les policiers? A propos, cela force le respect, sous tous les aspects, hormis l'aspect juridique.

Il y a quelque chose d'étrange dans la manière qu'ont les démocraties développées d'organiser des opérations policières internationales. En sauvant la population albanaise du Kosovo en 1999, l'OTAN n'a pas lutté contre les combattants, ce qui aurait nécessité de déployer une opération terrestre et entraîné des pertes humaines, mais a détruit l'infrastructure civile de la Serbie ("Pas un seul Serbe innocent ne sera victime des armes que nous achetons. Les Serbes innocents ont été tués dans les bombardements [otaniens]", prononce avec mépris Florin Krasniqi).

Les pays voisins en ont également pâti: les ports ukrainiens dans le delta du Danube ont été accablés par le chômage pendant plusieurs années, car la destruction des ponts de Belgrade avait paralysé la navigation sur l'une des artères de transport les plus empruntées de l'Europe.

Aujourd'hui, en 2008, se sentant devenir des cibles, les "policiers" ont trahi le droit international qu'ils étaient apparemment censés défendre. Ils ont cédé au chantage sans penser aux conséquences. Lesquelles? "Au-delà de cette colline, c'est le Kosovo, et de ce côté-ci, c'est l'Albanie. Pour moi, l'Albanie c'est tout cela", explique Krasniqi.

Ils s'enfuiront également de l'Irak, qu'ils ont eux-mêmes transformé en un foyer de terrorisme international, pour se cacher bien au chaud dans leur lointain pays d'outre-Atlantique, en laissant la gestion des conséquences à ceux qui se trouvent à proximité et qui ont toujours affirmé qu'il ne fallait pas y mettre le nez.

Est-ce cette OTAN que souhaitent si passionnément intégrer l'Ukraine et la Géorgie? Sur quoi comptent-elles, hormis le fait que leurs conscrits apprennent à parler anglais?

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала