Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Russie: le Service fédéral de migrations opposé à l'extradition de la famille de M. Milosevic

S'abonner
Le Service fédéral de migrations (FMS) ne voit aucune raison de procéder à l'extradition vers la Serbie de la veuve et du fils de l'ex-président yougoslave Slobodan Milosevic, a annoncé jeudi à RIA Novosti le porte-parole du FMS, Konstantin Poltoranine.
MOSCOU, 28 février - RIA Novosti. Le Service fédéral de migrations (FMS) ne voit aucune raison de procéder à l'extradition vers la Serbie de la veuve et du fils de l'ex-président yougoslave Slobodan Milosevic, a annoncé jeudi à RIA Novosti le porte-parole du FMS, Konstantin Poltoranine.

"La famille de M. Milosevic est sous la protection de la loi et de conventions internationales, signées notamment par la Russie, ce qui implique qu'aucune déclaration émotionnelle exigeant l'extradition de la famille de l'ex-président yougoslave ne servira de fondement à des décisions juridiques", a expliqué M. Poltoranine.

La veuve et le fils de M. Milosevic ne feront donc pas l'objet d'une extradition, selon le représentant du FMS.

Mira Markovic et Marko Milosevic avaient obtenu le statut de réfugié en mars 2006. Jeudi, le ministre serbe de la Justice, Dusan Petrovic, a signé une demande d'extradition les concernant.

Les autorités serbes accusent Mme Mira Markovic et M. Marko Milosevic d'avoir organisé au début des années 1990 un trafic de cigarettes. D'après la justice serbe, ces activités illicites ont rapporté à la famille Milosevic plusieurs millions de dollars. La veuve et le fils de l'ex-président yougoslave, craignant des poursuites de la part des organes judiciaires serbes, ont vécu ces dernières années en Russie. Ils réfutent toutes les accusations mais refusent de revenir de leur plein gré en Serbie pour prendre part aux actes d'instruction.

M. Milosevic est décédé le 11 mars 2006 dans la prison du Tribunal international pour l'ex-Yougoslavie à La Haye qui l'accusait de crimes de guerre dans les républiques d'ex-Yougoslavie.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала