Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Biélorussie: les Etats-Unis promettent de réduire le personnel de leur ambassade à 5 personnes

S'abonner
MINSK, 30 avril - RIA-Novosti. Les Etats-Unis projettent de faire tout ce qui est en leur pourvoir pour remplir l'exigence de Minsk de réduire en 72 heures les effectifs de leur ambassade à 5 diplomates, a annoncé le chargé d'affaires américain dans la capitale biélorusse Jonathan Moore.

"Nous ferons tout pour que les diplomates américains quittent le pays avant cette échéance", a-t-il indiqué.

Le représentant américain a été convoqué au ministère biélorusse des Affaires étrangères mercredi suite au refus des Etats-Unis de suivre la recommandation de Minsk de réduire les effectifs de leur mission diplomatique.

Antérieurement, Minsk avait recommandé à l'ambassadrice américaine, Karen Stewart, de quitter la Biélorussie "pour consultations".

La Biélorussie protestait ainsi contre l'introduction par les Etats-Unis de mesures économiques restrictives à son égard.

Les rapports entre Minsk et Washington se sont encore aggravés en novembre 2007, après le blocage par les Etats-Unis des comptes du groupe pétrochimique public Belneftekhim et de ses filiales.

Minsk explique ces sanctions par le mécontentement de Washington face à la création d'une coentreprise pétrolière biélorusso-vénézuélienne qui exploite le gisement de pétrole de Guara-Este (est du Venezuela). Détenue à 60% par le Venezuela et à 40% par le groupe biélorusse, la coentreprise entend produire quelque 7 millions de tonnes de pétrole par an.

Jonathan Moore a déclaré que les Etats-Unis ne lèveraient pas leurs sanctions avant le règlement du problème des détenus politiques biélorusses dont l'existence n'est pas reconnue par Minsk.

Il s'agit notamment de l'ex-candidat à la présidence biélorusse Alexandre Kozouline, condamné en 2006 à 5,5 ans de détention pour organisation de troubles de masse.

"Les sanctions économiques ne dépendent pas de ce qui se passe avec notre ambassade", a expliqué le diplomate américain, précisant que ces sanctions pourraient être élargies en cas d'absence de progrès dans le règlement du problème des détenus politiques.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала