Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Chine - Etats-Unis: les deux moteurs de l'économie mondiale

S'abonner
Par Dmitri Kossyrev, RIA Novosti
Par Dmitri Kossyrev, RIA Novosti

Un rapport sur la Russie vient d'être soumis à l'administration américaine par une commission bipartite indépendante. La seule chose qui soit contestable, dans ce rapport, c'est sa date de parution: il vient tout juste de sortir, après la récente visite à Moscou de certains de ses auteurs - Brent Scowcroft, Susan Eisenhower, Dimitri Simes, pour ne citer qu'eux. Leurs recommandations pour une "nouvelle politique russe" de Barack Obama ne sont peut-être pas mauvaises, mais l'on ignore combien de temps prendra leur étude à la Maison Blanche.

Dans le même temps, la "nouvelle politique chinoise" des Etats-Unis prend de la vitesse, suivie, peut-être, de la nouvelle politique latino-américaine (Barack Obama a récemment reçu à la Maison Blanche le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, auquel il a fourni des informations intéressantes sur les changements nécessaires à l'égard de l'Amérique latine).

Quant à la Chine � De petits navires chinois ont récemment repoussé le plus loin possible de l'île de Hainan l'Impeccable, un navire US de surveillance qui, selon le commandement militaire américain, était en train de recueillir des données acoustiques sous-marines dans les eaux internationales en mer de Chine méridionale.

L'île de Hainan abrite une base de sous-marins stratégiques chinois.

Mais cet incident a été balayé d'un revers de main par Barack Obama et le ministre chinois des Affaires étrangères, Yang Jiechi, qui s'est rendu à la fin de la semaine dernière à Washington. Le communiqué officiel cite les sujets abordés lors de leur rencontre et reprend les propos du président américain sur l'importance "d'élever le niveau et l'intensité du dialogue militaire américano-chinois afin d'éviter des incidents à l'avenir". C'est tout.

Yang Jiechi s'est rendu à Washington non pas pour régler l'incident en mer de Chine, mais pour préparer la rencontre entre Barack Obama et le président chinois Hu Jintao qui aura lieu à Londres, début avril, en marge du sommet du G20. Au cours de sa visite de cinq jours aux Etats-Unis, le ministre chinois a prononcé un discours dans la capitale américaine, au Centre d'études stratégiques et internationales, où il a notamment déclaré: même lorsque le train de l'économie mondiale débouchera, enfin, sur des espaces plus ouverts, il faudra tout de même que la Chine et les Etats-Unis, tels deux gros moteurs, tirent constamment ensemble ce train vers l'avant".

Il semblait jusqu'alors que le principal objectif des réunions du G20 - la première réunion s'est tenue en novembre à Washington - était de contenir les Etats-Unis et de restreindre leur toute-puissance économique. Telle était du moins la "position européenne" au sein du G20, position sur laquelle s'alignaient, croyait-on, la Russie, quelques autres pays et la Chine. A présent, l'Amérique a besoin que la Chine, troisième économie de la planète, fasse ne serait-ce qu'un pas ou deux vers la position américaine. Tout le reste, y compris les relations avec la Russie, le Brésil ou les incidents navals étant relégué au second plan.

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала