MOSCOUO DEPLORE LA DECISION DE BUDAPEST D’EXTRADER IRINA BELENKAIA A LA FRANCE

Le délai de l’arrestation d’Irina Belenkaia, accusée d’enlèvement de sa propre enfant, a été reconduit à 25 mai. Si les autorités françaises ne rédigent pas en 4O jours l’ordre d’extradition de la femme russe, elle sera remise en liberté. Cette décision a été adoptée aujourd’hui par le tribunal de Budapest. La prévenue est satisfaite de ce verdict. Elle espère que Paris se ravisera et abandonnera les poursuites judiciaires.
Irina Belenkaia est accusée d’avoir enlevé sa propre fille Elise André. En France, elle risque une peine de IO ans de prison. Le tribunal de Budapest ne pouvait pas lui intenter un procès, il s’est contenté d’examiner le bien-fondé de la demande d’extradition , formulée par les autorités françaises. Belenkaia a plaidé non-coupable sur tous les points de l’accusation et a refusé la procédure hâtive d’extradition.
Rappelons cette triste histoire. La Russe Irina et le Français Jean-Michel André ont eu leur fille Elise à Moscou. Les époux ont déménagé en France, où ils ont divorcé, et la mère a emmené sa fille en Russie. Le tribunal russe avait alors pris le côté de la mer et décidé d’accorder à Irina la garde d’Elise. Mais le tribunal francais a pris la défense du père. En automne dernier, Jean Michel a enlevé la petite et l’a ramenée en France. Fin mars dernier Irina l’a enlevée à son tour et a tenté de regagner avec elle la Russie. Mais le 13 avril elles ont été interpelées en Hongrie.
La justice hongroise prend le côté de la France et de Jean-Michel André et considère qu’on peut faire litière des droits de la Russe, ce que nous ne saurons admettre, a déclaré Serguei Markov, membre du Comité de droit à la Douma d’Etat:

Les deux sont coupables, les deux ont commis ce qui est considéré comme un crime. Le mari a enlevé l’enfant et l’a fait sortir secrètement de la Russie, la femme a enlevé à son tour l’enfant et lui a fait secrètement quitter la France. Maintenant, le père pourra vivre tranquille avec son enfant en France et la mère sera également en France, mais en prison. Nous devons, avec l’aide du Conseil de l’Europe, du ministère des Affaires étrangères et des médias faire en sorte que la vérité de la mère soit aussi entendue, qu’un compromis soit enfin trouvé.
Le consul de Russie en Hongrie Vladimir Miasnikov a assisté l’audience d’aujourd’hui. On vient d’apprendre que l’avocat de Jean-Michel André-Victor Gioia — se rendra prochainement à Moscou à l’invitation des autorités russes pour prendre connaissance du dossier concernant l’enlèvement d’Elise, ouvert contre son client en 2OO8.
Le Ministère russe des Affaires étrangères déplore la décision prise par le tribunal hongrois concernant l’extradition d’Irina Belenkaia. Il a déclaré qu’il prendrait d’autres mesures pour protéger les droits de la citoyenne de Russie.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала