Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Nucléaire: l'interdiction des essais ralentit la recherche fondamentale (avis)

S'abonner
L'interdiction des essais nucléaires entrave la recherche fondamentale sans pour autant empêcher aux pays de se doter des armes nucléaires, a estimé Arkadi Brich, chercheur qui a participé à la conception de la bombe nucléaire soviétique.

MOSCOU, 29 août - RIA Novosti. L'interdiction des essais nucléaires entrave la recherche fondamentale sans pour autant empêcher aux pays de se doter des armes nucléaires, a estimé samedi Arkadi Brich, directeur d'honneur de l'Institut russe d'automatique qui a participé à la conception de la bombe nucléaire soviétique.

"Les essais signifient le progrès, les explosions nucléaires permettent de réaliser d'autres missions, de promouvoir la recherche fondamentale", a déclaré M.Brich dans une interview à RIA Novosti consacrée au 60e anniversaire du test de la première bombe nucléaire soviétique non loin de Semipalatinsk, au Kazakhstan.

L'Union Soviétique a effectué le dernier test d'une bombe atomique en 1990. Deux ans plus tard, les Etats-Unis ont aussi renoncé aux essais nucléaires. A présent, seuls des expériences sous-critiques, qui associent la détonation d'un explosif et la présence de matières fissiles, sans pour autant déclencher de réaction nucléaire en chaîne, ainsi que des simulations sur ordinateur permettent de tester le fonctionnement des armes nucléaires et d'en créer de nouvelles.

"Les théoriciens, y compris les nôtres, disaient: Donnez-nous des ordinateurs puissants et nous n'aurons pas besoin d'essais. On leur a fourni des ordinateurs, nous sommes obligés de nous fier aux ordinateurs, alors qu'ils utilisent les données qu'on y a entrées", a noté le chercheur avant d'expliquer que les données provenaient des 900 essais nucléaires réels qu'on avait effectués par le passé.

"On entre des anciennes données pour résoudre de nouveaux problèmes", a ajouté M.Brich.

Le texte intégral de l'interview est disponible en russe sur le site de RIA Novosti (www.rian.ru).

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала