Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Échec du tir du premier lanceur sud-coréen: le moteur russe hors de cause (usine)

S'abonner
MOSCOU, 3 septembre - RIA Novosti. Le moteur russe du premier lanceur sud-coréen KSLV-1 ne peut pas être à l'origine de l'échec du tir effectué le 25 août dernier, a déclaré jeudi Dmitri Pakhomov, directeur général du groupe de recherche et de production russe Energomach qui a conçu le moteur.

"Il existe trois termes spatiaux différents - "fusée", "premier étage" et "moteurs". Le groupe Energomach produit les moteurs et le reste ne le concerne pas. Il est impossible de commenter des suppositions qui ne reposent pas sur des données officielles", a indiqué M.Pakhomov commentant les informations de certains médias sud-coréens sur une éventuelle défaillance du moteur russe.

Les données télémétriques analysées par les spécialistes coréens et russes après le tir du 25 août indiquent que "les performances du moteur étaient conformes aux paramètres prévus", selon lui.

La Corée du Sud a déjà indiqué qu'elle n'avait rien à reprocher aux concepteurs du moteur russe, a rappelé le directeur.

Le Centre de production et de recherches spatiales Khrounitchev, qui a créé le premier étage du lanceur sud-coréen KSLV-1 avait indiqué le 25 août que le premier étage de la fusée-porteuse avait rempli sa mission et s'était détaché du lanceur comme prévu.

Le 25 août dernier, le premier satellite sud-coréen STSAT-2 de 100 kg destiné à surveiller l'atmosphère et les océans n'a pas atteint l'orbite de destination. Il a été lancé par la fusée-porteuse KSLV-1 (Korean Space Launch Vehicle-1) à deux étages tirée depuis le centre spatial de Naro, sur l'île de Naro-do, dans la province de Jeolla (sud), bâti avec le concours de la Russie.

Le lanceur KSLV-1 est construit sur la base du premier étage du lanceur russe Angara (80%) conçu par le Centre de production et de recherches spatiales Khrounitchev.

La Corée du Sud mène des recherches spatiales depuis 1996. En 2000, elle a lancé un programme spatial à moyen terme qui prévoit la création de satellites, la coopération internationale spatiale et les études visant à effectuer un vol spatial habité.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала