Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Medvedev, défenseur des droits des enfants russes

S'abonner

SAINT-PETERSBOURG, 03 septembre - RIA Novosti. Le président russe Dmitri Medvedev a décidé qu'il était grand temps de créer en Russie une institution de défense des droit de l'enfant, initiative que Thomas Hammarberg, commissaire européen aux droits de l'homme s'est empressé de saluer.

Le chef de l'Etat Dmitri Medvedev a signé récemment un décret portant création dans toutes les entités de la Fédération de Russie de départements de défense des droits des enfants dirigés par des ombudsmans.

Les délégués aux droits de l'enfant seront habilités à contrôler l'activité des organes fédéraux de pouvoir exécutif et des fonctionnaires, ils pourront adresser des recommandations aux organes fédéraux de pouvoir exécutif relatives aux mesures indispensable à prendre afin de rétablir les droits et les intérêts lésés des enfants.

"C'est une excellente initiative", a dit Thomas Hammarberg devant les journalistes.

Selon le commissaire européen, il existe en Europe deux modèles de défense des droits de l'homme. "Le premier modèle consiste à adjoindre au principal ombudsman un défenseur des droits des enfants. Dans le second modèle, des spécialistes du travail en direction des enfants partagent le bureau de l'ombudsman", a expliqué M.Hammarberg.

Le haut fonctionnaire européen a souligné qu'il ne privilégiait aucun des deux systèmes d'organisation de cette institution. "Quel modèle est plus juste que l'autre, il n'est pas question de trancher. L'essentiel est que les droits de l'enfant soient défendus", a insisté le commissaire.

Tout dépend de la personne qui occupera ce poste, estime le responsable. "De nombreuses personnes accomplissent un excellent travail en matière de défense des droits de l'enfant. Chaque cas requiert une approche individuelle. L'important dépend surtout plus des gens qui effectuent ce travail que de l'organisation même de leur activité. Dans ce travail il est nécessaire d'avoir du talent, d'être doué", a ajouté Thomas Hammarberg.

Le commissaire européen a rappelé que la Russie avait depuis longtemps ratifié la Convention internationale des droits de l'enfant de l'ONU. "La législation russe correspond aux normes de ce document", a conclu Thomas Hammarberg.

 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала