L’Iran a notifié la construction d’une installation d’enrichissement de l’uranium à l’AIEA

L’Iran a notifié la construction d’une installation d’enrichissement de l’uranium à l’AIEA n’en ayant pas précisé l’emplacement ni la capacité de production.
L’Iran a notifié la construction d’une installation d’enrichissement de l’uranium à l’AIEA n’en ayant pas précisé l’emplacement ni la capacité de production.
Il n’y avait pas jusqu’à présent d’information que sur une usine d’enrichissement de l’uranium à Natanz. Selon l’AIEA, le nombre de centrifugeuses de l’usine a été accru ayant dépassé huit mille. Les autorités iraniennes envisagent 50 mille centrifugeuses pour approvisionner en combustibles leurs futures centrales nucléaires. Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont fait vendredi une déclaration conjointe ayant averti Téhéran de sanctions dures s’il poursuivait le développement du programme nucléaire. Au micro le membre du Conseil pour la politique extérieure et la défense Vladimir Avertchev :
L’Iran réaffirme sans doute le contenu pacifique de son programme. Or, il décline toujours les initiatives russes concernant l’aménagement d’une entreprise de combustibles nucléaires. Deux résolutions du CS de l’ONU offrent à l’Iran les chances d’observer les règles de l’AIEA, autrement dit les clauses du TNP. L’Iran lance en fait un défi au CS de l’ONU. Les sanctions seront, le plus probablement, durcies.
Le président de Russie Dmitri Medvedev s’est entretenu mercredi à New York avec son homologue américain Barack Obama. Dmitri Medvedev a dit, en particulier, à ce sujet en s’adressant aux étudiants et aux professeurs de l’Université de Pittsburg :

Je ne pense pas que les sanctions constituent le meilleur moyen d’enregistrer le résultat. Les sanctions ont été introduites plus d’une fois à l’égard de l’Iran. Cependant, nous avons des doutes en ce qui concerne les démarches iraniennes. Nous devons stimuler l’Iran aux développements dans l’électronucléaire et à l’ouverture.
L’Iran entreprend de temps en temps des démarches dans cette voie. Il a satisfait récemment l’exigence de l’AIEA concernant l’accès à un réacteur nucléaire à eau lourde. Or, l’AIEA insiste sur les inspections d’autres entreprises iraniennes. Les cinq membres permanents du CS de l’ONU et l’Allemagne s’entretiendront le 1er octobre à Genève avec un représentant de Téhéran.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала