Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L'EXPERT UKRAINIEN : IL N’AURA PAS NOUVELLES MANIFESTATIONS A LA PLACE DE L’INDEPENDANCE

S'abonner
Aux prochaines élections présidentielles en Ukraine du 17 janvier, il n’y a pas pratiquement d’intrigue en ce qui concerne les candidats qui passeront au deuxième tour, ce seront, le plus probablement, Victor Janukovitch et Julia Timoshenko.
Aux prochaines élections présidentielles en Ukraine du 17 janvier, il n’y a pas pratiquement d’intrigue en ce qui concerne les candidats qui passeront au deuxième tour, ce seront, le plus probablement, Victor Janukovitch et Julia Timoshenko. La question principale est maintenant de savoir comment se passera le vote : si Kiev ne se transformera pas de nouveau en arène d’actions massives.
Selon les déclarations de la plupart de 18 candidats au principal poste d'État, les vaincus ne manqueront pas d'annoncer les élections falsifiées. D'autant plus que certains politologues prédisent déjà le niveau de la falsification jusqu'à 10 pour-cent.
Pour que les événements de la période des présidentielles de 2004 ne se répètent pas, à Kiev l'interdiction judiciaire est entrée en vigueur d’organiser des actions massives sur la Place de l’Indépendance, Maidan en ukrainien. Le veto se prolongera jusqu'au 5 février, c'est-à-dire jusqu’au deuxième tour des élections, qui est prévu pour le 7 février.
Cependant, les principaux politiques — pratiquement tous les dirigeants de l'Ukraine participent aux élections — font ces jours des déclarations très contradictoires. Le président Victor Iouschenko a soutenu l'interdiction de la tenue des actions massives, avec l'aide desquelles il est venu il y a cinq ans au pouvoir. Maintenant, il a promis "de faire tout son possible pour ne pas permettre la déstabilisation de la situation" et il a appelé à résoudre les problèmes par la voie démocratique. Mais, en même temps, Victor Iouschenko a conseillé aux concitoyens, s'il arrivait quelque chose, de tenir des meetings sur la place Européenne de Kiev, qui est située exactement à 200 mètres de la Place de l’Indépendance.
Le chef de gouvernement Julia Timoshenko ne cache pas non plus qu'elle est prête à protester contre les résultats des élections, en appelant les gens à sortir dans les rues. Le leader du parti des régions Victor Ianukovitch, ne faisait aucune déclaration en ce qui concerne les actions qui se préparent. Cependant, le parti a présenté au préalable une demande pour leur tenue. Notre expert ukrainien Vitaly Kulik, le directeur du Centre des études des problèmes de la société civile, trouve qu’il n’y aura rien de semblable aux actions à Kiev en 2004 :
Je trouve que la répétition de Majdan en Ukraine est impossible. Puisque les acteurs politiques actuels ont eux-mêmes corrompu tout dans le pays, y compris l'initiative civile. N'importe quelles actions de protestation se passent maintenant seulement pour de l'argent payé aux participants. Il n'y a aucunes émotions sincères chez les citoyens, qui prennent part à ces actions.
Cependant, Elena Bondarenko, député du Parti des régions, affirme que le 14 janvier, 152 personnes sont arrivées à Donetsk de Géorgie, ils se sont présentées comme des observateurs internationaux aux présidentielles. Cependant, ils n’avaient pas les documents nécessaires.
Notre expert Vitaly Kulik trouve que l'Ukraine n'apprendra pas toute la vérité sur cet incident :
Maintenant, plus personne ne doute au sujet de l'arrivée des prétendus « observateurs géorgiens ». Ils sont arrivés à Donetsk, c'est un fait. Mais les organismes compétents doivent faire une enquête et prendre la décision : si leurs déclarations et leurs actions visaient à saper les élections ou non.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала