Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Staline condamné pour la famine ukrainienne de 1930: son petit-fils riposte

© RIA Novosti / Aller dans la banque de photosStaline condamné pour la famine ukrainienne de 1930: son petit-fils riposte
Staline condamné pour la famine ukrainienne de 1930: son petit-fils riposte - Sputnik France
S'abonner
Le petit-fils de Staline, Evgueni Djougachvili, a exigé des poursuites contre le Service de sécurité ukrainien (SBU) et les juges ayant reconnu son grand-père coupable de la famine du début des années 1930 en Ukraine.

Le petit-fils de Staline, Evgueni Djougachvili, a exigé des poursuites contre le Service de sécurité ukrainien (SBU) et les juges ayant reconnu son grand-père coupable de la famine du début des années 1930 en Ukraine, a rapporté lundi le journal ukrainien Segodnia.

"Sans donner dans le fond de cette accusation mensongère qui aurait mieux convenu à Hitler, ennemi numéro un de Staline (...), j'attire votre attention sur le fait que, même du point de vue formel, le génocide, au début des années 30, n'était considéré comme un crime ni en Ukraine ni dans le monde. Les juges n'étaient pas sans connaître que l'article 442 du Code pénal ukrainien, prévoyant une peine pour génocide, a été décrété en Ukraine dans les années 1990 précisément dans le but d'examiner les actes de ses leaders modernes - Kravtchouk, Koutchma et Iouchtchenko - et non pas ceux de mon grand-père défunt", écrit M.Djougachvili dans une lettre adressée au Procureur général ukrainien Alexandre Medvedko.    

La semaine dernière, la Cour d'appel de Kiev a reconnu un groupe de dirigeants du Parti communiste soviétique, dont Staline, coupables de l'Holodomor, "génocide organisé contre le groupe ethnique ukrainien", mais a clos l'affaire "suite à la mort des coupables".

"Le SBU et les juges ont cyniquement bafoué le Chapitre 1 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme qui stipule que nul ne peut être condamné pour une action ou une inaction qui, au moment où elle a été commise, ne constituait pas une infraction d'après le droit national ou international", a affirmé M.Djougachvili dans un message vidéo au journal.

Des politiques ukrainiens signalent l'existence de nombreuses falsifications dans l'affaire de la famine ukrainienne. Aux expositions consacrées à la famine, le SBU a par exemple présenté des photos datant de la Première guerre mondiale, du début des années 1920 et de la Grande dépression américaine. Dans certaines régions ukrainiennes, le nombre présumé des victimes dépassait leur population totale au début des années 1930.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала