Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Drogue: la Russie troisième marché mondial (député européen)

© RIA Novosti . Alexander Alpatkin / Aller dans la banque de photosDrogue: la Russie troisième marché mondial (député européen)
Drogue: la Russie troisième marché mondial (député européen) - Sputnik France
S'abonner
Le marché russe des stupéfiants est le troisième du monde après l'Europe et les Etats-Unis, a annoncé lors d'une conférence de presse le député européen Pino Arlacchi.

Le marché russe des stupéfiants est le troisième du monde après l'Europe et les Etats-Unis, a annoncé lors d'une conférence de presse le député européen Pino Arlacchi.

"En volume, le marché russe de la drogue est le troisième au monde après l'Europe et les Etats-Unis. La Russie compte autant de consommateurs de stupéfiants que toute l'Europe occidentale", a-t-il affirmé.

La mise sur pied de la coopération anti-drogue entre l'UE et la Russie pourrait constituer un "tournant" dans cette question, a estimé M.Arlacchi qui élabore, au sein de l'UE, une stratégie de lutte appelée à compenser selon lui "neuf ans d'inaction en Afghanistan".

"Lorsque que les troupes américaines ont occupé l'Afghanistan en octobre 2001, la production de stupéfiants y était quasi-inexistante", a rappelé le député européen. Conjointement, a-t-il poursuivi, la Russie et l'Union devront chercher à éliminer la menace émanant d'Afghanistan sans se fier, sur cette question, aux Etats-Unis. Toutefois, "une coopération avec les Etats-Unis et l'ONU est nécessaire", a-t-il reconnu.

"L'Afghanistan produit des stupéfiants pour moins de 0,5 milliard de dollars. Ceci dit, rien que l'UE doit dépenser annuellement un milliard d'euros pour combattre la menace liée à la drogue afghane. Cet argent pourrait être dépensé pour développer l'agriculture traditionnelle en Afghanistan", a expliqué le député.

La mise en place d'un organe chargé de diriger la destruction des champs de pavot en Afghanistan au cours des cinq ans à venir, a-t-il indiqué. Sa création débutera fin janvier.

Pourtant, il faut éviter que cette mesure "ne provoque une hausse de la production d'opiacés en Asie centrale et au Pakistan", a indiqué le député européen.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала