Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Centrale nucléaire russe au Kazakhstan: Moscou compte signer un accord en 2010

© RIA Novosti . Dmitri Astakhov / Aller dans la banque de photosDmitri Medvedev
Dmitri Medvedev  - Sputnik France
S'abonner
La Russie compte d'une puissance moyenne au Kazakhstan avant la fin de l'année, a annoncé l'assistant du président russe Sergueï Prikhodko en prévision de visite du président Dmitri Medvedev au Kazakhstan programmée pour les 6-7 septembre.

La Russie compte d'une puissance moyenne au Kazakhstan avant la fin de l'année, a annoncé vendredi à Moscou l'assistant du président russe Sergueï Prikhodko en prévision de visite du président Dmitri Medvedev au Kazakhstan programmée pour les 6-7 septembre.

"Nous souhaitons coopérer avec le Kazakhstan dans la conception d'une centrale nucléaire dotée d'un réacteur à eau pressurisée VBER-300 d'une puissance moyenne (300 MW). Nous comptons signer un accord approprié avant la fin de l'année", a indiqué l'assistant du président.

Le réacteur VBER-300 a été conçu par le bureau d'études russe Afrikantov sur la base des réacteurs de sous-marins russes.

Aucun document sur le nucléaire civil ne sera signé au cours de la prochaine visite du président russe à Oust-Kamenogorsk (Kazakhstan). "Nous ne signerons aucun accord sectoriel, mais nous discuterons sûrement de la production et de l'enrichissement d'uranium et de la coopération sur les marchés des pays tiers", a ajouté Prikhodko.

Il a rappelé que Moscou et Astana coopéraient également dans le cadre du Centre international d'enrichissement d'uranium mis en place à Angarsk, en Sibérie orientale, en 2007, dans le cadre de l'initiative russe visant à garantir l'accès à l'uranium de tous les Etats membres de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Le Kazakhstan et l'Ukraine détiennent chacun 10% du Centre d'Angarsk, le premier d'un réseau de sites internationaux d'enrichissement d'uranium que la Russie envisage d'installer sur son territoire sous le contrôle de l'AIEA. Moscou entend créer une réserve universelle de 120 t d'uranium faiblement enrichi (de 2% à 4,95%) sous forme d'hexafluorure d'uranium (UF6).

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала