Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Netanyahu presse les Palestiniens de "reconnaître Israël comme un Etat juif"

© RIA Novosti Alexey Nikolskiy / Aller dans la banque de photosLe premier ministre israélien Benjamin Netanyahu
Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu - Sputnik France
S'abonner
Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exige des Palestiniens qu'ils reconnaissent Israël comme l'Etat-nation du peuple juif et qualifie cette reconnaissance de base du futur accord de paix, rapporte le service de presse du gouvernement israélien.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exige des Palestiniens qu'ils reconnaissent Israël comme l'Etat-nation du peuple juif et qualifie cette reconnaissance de base du futur accord de paix, rapporte lundi le service de presse du gouvernement israélien.

"L'accord de paix doit reposer avant tout sur la reconnaissance d'Israël comme l'Etat-nation du peuple juif… A notre sens, la solution consiste en l'existence de ''deux Etats pour deux peuples'', a déclaré M.Netanyahu lors d'une réunion hebdomadaire du Conseil des ministres de l'Etat hébreu.

"A mon grand regret, de l'autre côté je n'entends pas la formule +deux Etats pour deux peuples+, j'entends juste +deux Etats+ mais pas +deux peuples+ '', a-t-il dit.

L'Autorité palestinienne refuse de reconnaître la nature juive d'Israël, vu le problème des millions de réfugiés palestiniens aspirant à revenir dans les limites de l'Etat hébreu contemporain.

Mardi 14 septembre, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président de la l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas se retrouveront à Charm el-Cheikh (Egypte) pour la deuxième fois après la reprise le 2 septembre dernier à Washington du dialogue de paix direct entre Israéliens et Palestiniens.

Les deux parties doivent parvenir en un an à un accord-cadre définissant le contenu d'un règlement final du conflit israélo-palestinien, délai fixé par le Quartette de médiateurs internationaux (Russie, USA, UE et ONU) pour le règlement au Proche-Orient, estimant qu'une paix véritable et durable dans la région ne pourrait être obtenue que via des concessions douloureuses des deux côtés.

Cette nouvelle rencontre en présence de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton risque cependant d'être minée par le contentieux sur le gel de la colonisation, car les Palestiniens ont d'ores et déjà prévenu que la fin du moratoire de dix mois des constructions dans les colonies, qui expire le 26 septembre, signifierait la fin du dialogue direct.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала