Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Propagation de la syphilis en Europe: Colomb disculpé (journal)

S'abonner
Des archéologues britanniques ont discrédité l'hypothèse selon laquelle la syphilis aurait été rapportée du Nouveau monde par Christophe Colomb et ses compagnons, rapporte lundi le quotidien espagnol El Mundo.

Des archéologues britanniques ont discrédité l'hypothèse selon laquelle la syphilis aurait été rapportée du Nouveau monde par Christophe Colomb et ses compagnons, rapporte lundi le quotidien espagnol El Mundo.

L'hypothèse se basait sur le fait que la première épidémie de "grande vérole" en Europe a été enregistrée à la fin du XVe siècle, peu de temps après le retour de l'expédition du découvreur de l'Amérique (1492-1493).

Cependant, au cours de fouilles récentes menées à Londres, des archéologues ont mis au jour sept squelettes humains présentant des déformations osseuses caractéristiques de cette maladie vénérienne. La date d'inhumation de deux des dépouilles a été évaluée à 1200-1250, celle des autres étant comprise entre 1250 et 1400.

Des objets et d'autres squelettes trouvés près des restes des malades ont confirmé aux experts la véracité des résultats obtenus grâce à une datation au carbone 14.

Les sept squelettes ont été découverts à East End, quartier de Londres qui abritait sous l'Empire romain un cimetière, puis au Moyen Age le plus grand hôpital d'Angleterre, St Mary Spital, dont ces malades auraient été patients.

Cette trouvaille prouve que cette maladie vénérienne est apparue en Europe avant que Christophe Colomb n'entreprît son expédition. La propagation rapide de l'épidémie de syphilis après la découverte de l'Amérique ne serait donc qu'une coïncidence.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала