Trafic d'organes: Carla del Ponte salue l'enquête de l'APCE

L'ancienne procureure du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, Carla del Ponte, se félicite de l'enquête lancée par l'Assemble parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) sur le trafic d'organes humains au Kosovo.

L'ancienne procureure du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, Carla del Ponte, se félicite de l'enquête lancée par l'Assemble parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) sur le trafic d'organes humains au Kosovo.

Jeudi dernier, lors d'une réunion de la Commission des questions juridiques et des droits de l'homme de l'APCE à Paris, le rapporteur suisse Dick Marty a présenté un rapport dénonçant un trafic d'organes humains au Kosovo à la fin des années 1990.

La préparation de ce document a débuté en 2008 à la suite de la publication du livre de Mme del Ponte "La traque, les criminels de guerre et moi" qui évoquait le sort d'environ 300 Serbes kosovars enlevés en 1999 et transportés en Albanie pour se faire prélever des organes dans le cadre d'un trafic organisé.

"Je remercie le Conseil de l'Europe pour son travail", a-t-elle déclaré dans une interview au quotidien suisse Tages-Anzeiger publiée vendredi. Et d'ajouter: "Ce qui s'est passé au Kosovo et dans le nord de l'Albanie est tellement horrible qu'il faut faire une enquête approfondie".

Mme del Ponte, actuellement ambassadeur de la Suisse en Argentine, affirme n'avoir pas pu recueillir en son temps suffisamment de preuves pour étayer ses soupçons à cause de l'hostilité des autorités albanaises.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала