Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Netanyahu se distancie des propos de Lieberman

© RIA Novosti Aleksei Nikolski  / Aller dans la banque de photosBenjamin Netanyahu
Benjamin Netanyahu  - Sputnik France
S'abonner
Le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu s'est distancié des propos de son ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman sur l'impossibilité d'un règlement définitif avec les Palestiniens et le refus de s'excuser auprès d'Ankara pour le raid contre la Flottille de la liberté.

Le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu s'est distancié des propos de son ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman sur l'impossibilité d'un règlement définitif avec les Palestiniens et le refus de s'excuser auprès d'Ankara pour le raid contre la Flottille de la liberté.

"Seul le premier ministre Benjamin Netanyahu est habilité à exprimer la position du gouvernement israélien qui ressort des résolutions du cabinet", a indiqué lundi, dans un communiqué, le bureau de M.Netanyahu, en précisant que le chef de la diplomatie s'était exprimé à titre personnel.

Intervenant la veille devant les ambassadeurs d'Israël réunis à Jérusalem, M.Lieberman a déclaré que le rapport des forces au sein de la société israélienne et les approches palestiniennes ne laissaient pas espérer le règlement définitif du conflit dans un avenir prévisible.

Néanmoins, d'après la position officielle de l'Etat hébreu, à maintes reprises exposée par le premier ministre, Israël est prêt à revenir immédiatement et sans préalable à la table des négociations avec les Palestiniens pour discuter de tous les aspects du règlement, qu'il s'agisse des frontières permanentes, de Jérusalem ou des réfugiés.

Contrairement aux exigences d'Ankara, M.Lieberman a également exclu toute excuse d'Israël auprès de la Turquie pour son raid de mai dernier contre une flottille d'aide humanitaire à destination de Gaza, dans lequel neuf Turcs avaient été tués.

"Il n'y aura pas d'excuses. C'est plutôt le gouvernement turc qui devrait s'excuser pour son soutien au terrorisme", a martelé M.Lieberman.

Les relations entre la Turquie et Israël, alliés stratégiques depuis les années 1990, se sont dégradées suite à l'offensive israélienne sur Gaza, en décembre 2008/janvier 2009, violemment critiquée par Ankara, avant d'entrer dans une grave crise en 2010 après l'assaut meurtrier de la Flottille.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала