Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Bouclier antimissile européen: Moscou ripostera si l'OTAN rejette sa participation

© RIA Novosti . Alexey Kudenko / Aller dans la banque de photosLe représentant permanent de la Russie auprès de l'OTAN Dmitri Rogozine
Le représentant permanent de la Russie auprès de l'OTAN Dmitri Rogozine - Sputnik France
S'abonner
Moscou déploiera des missiles nucléaires s'il ne parvient pas à s'entendre avec l'OTAN sur une participation au bouclier antimissile européen, a déclaré le président russe Dmitri Medvedev lors d'une rencontre avec le représentant permanent de la Russie auprès de l'OTAN Dmitri Rogozine.

Moscou déploiera des missiles nucléaires s'il ne parvient pas à s'entendre avec l'OTAN sur une participation au bouclier antimissile européen, a déclaré lundi le président russe Dmitri Medvedev lors d'une rencontre avec le représentant permanent de la Russie auprès de l'OTAN Dmitri Rogozine.

"Soit nous nous mettons d'accord sur la coopération avec l'OTAN et créons un système de défense antimissile conjoint, soit nous ne parvenons à aucune entente et serons obligés de décider le déploiement d'un groupement de missiles nucléaires", a indiqué M.Medvedev.

"Nos partenaires (de l'OTAN-ndlr.) doivent comprendre que nous souhaitons collaborer pour protéger la Russie, pas simplement pour jouer avec l'Alliance (…). On ne plaisante pas avec cela. Nous attendons une réponse claire et nette de nos partenaires otaniens à la question de savoir quelle est la place de la Russie (dans le bouclier antimissile européen). Nous trouverons une solution au problème actuel soit en coopération avec l'OTAN soit seuls", a ajouté le président.

Le président Medvedev a proposé lors du sommet de l'OTAN de Lisbonne de mettre en place une défense réciproque par l'Alliance et la Russie, qui se protègeraient mutuellement d'un éventuel missile au sein de leurs zones de responsabilité.

Fin novembre 2010, dans son message à l'Assemblée fédérale, le président Medvedev a annoncé que si la Russie et l'Alliance échouaient à mettre en place un bouclier antimissile conjoint en Europe dans les dix années à venir, Moscou serait contraint de mettre au point de nouvelles forces de frappe.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала