Moscou et Kinshasa ont fait encore un pas au-devant l’une de l’autre

Le ministre des AE et de la coopération internationale de la République démocratique du Congo A lexis Thambwe Mwamba s’est rendu en visite de travail à Moscou sur invitation du chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov.


Le ministre des AE et de la coopération internationale de la République démocratique du Congo Alexis Thambwe Mwamba s’est rendu en visite de travail à Moscou sur invitation du chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov. Le ministre a entrepris sa première visite depuis l’établissement des relations diplomatiques bilatérales ayant marqué le début de la renaissance des liens politiques et d’affaires russo-congolais en avril 2009. De ce fait, écrit Alexei Grigoriev, l’actuelle visite du Alexis Mwamba constitue un pas important de Moscou et de Kinshasa au-devant l’une de l’autre. Les chefs des diplomaties des deux pays l’ont confirmé le 10 mars à une conférence de presse conjointe.

« Avec mon collègue Alexis Thambwe Mwamba on a abordé tous les aspects des relations bilatérales entre nos pays », a dit Sergueï Lavrov en ouvrant la conférence de presse. « On s’est mis d’accord pour renforcer le partenariat dans le domaine économique qui a pris du retard considérable sur le dialogue politique assez intense entre nos deux pays ces dernières années. Mon vis-à-vis l’a bien confirmé. Le tour est à l’élargissement de la coopération économique et commerciale ».

« A ces fins on s’est mis d’accord pour encourager les milieux économiques à la coopération plus régulière, poursuit Serguei Lavrov. Ces deux dernières années il y a déjà eu deux rencontres entre les entrepreneurs russes et congolais. Maintenant il faut leur donner un cadre de coopération et leur aider à collaborer de façon régulière. Il y a de la matière à travailler pour les diplomates. Mr Mwamba a annoncé la visite prochaine du ministre congolais de l’Industrie à la tête de la délégation des représentants des milieux économiques de la RDC – il est prévu de se rendre à Ekaterinbourg afin d’établir des contacts directs. De notre côté on encouragera des entrepreneurs russes à élargir la coopération avec la RDC notamment en matière d’investissements. On le fera en les informant des opportunités dans le domaine de la prospection et de l’exploitation des ressources naturelles de ce pays mais aussi dans le secteur des hautes technologies. C’est ce qu’on a discuté aujourd’hui avec mon collègue congolais. La Russie, souligne Serguei Lavrov, est prête à réaliser le souhait exprimé par monsieur le ministre Alexis Mwamba de contribuer à la formation des spécialistes qualifiés pour les besoins de la RDC notamment pour le secteur public ».

« On a également abordé la situation dans le continent africain, surtout dans la région des Grands Lacs, poursuit le chef de la diplomatie russe. On note avec satisfaction que grâce aux efforts des dirigeants de la RDC soutenus par la communauté internationale ce pays surmonte progressivement la crise et emprunte la voie de la consolidation nationale. La Russie a l’intention de l’aider à mettre en œuvre cette politique au sein du CS des Nations unies et au sein du Groupe des Amis des pays des Grands Lacs. Il est important de soutenir la RDC dans son effort surtout dans l’optique des futures élections présidentielles et législatives. La RDC peut compter sur le soutien de la Russie ».

Selon le ministre russe, la situation dans d’autres Etats du continent africain a été aussi discutée, notamment au Soudan, en Côte-d’Ivoire, au Maghreb et en Afrique du Nord. Sergueï Lavrov a assuré Alexis Mwamba de la participation de la Russie dans le renforcement du rôle des Africains dans le règlement des problèmes intérieurs et dans la consolidation de la position de l’Union africaine en tant qu’organisation du maintien de la paix. Le ministre russe a rappelé que la Russie participait dans toutes les opérations onusiennes du maintien de la paix en Afrique y compris la mission en RDC. Les établissements d’enseignement russes forment également des spécialistes en la matière pour les pays du continent africain. Moscou et Kinshasa sont d’autant plus proches que les deux pays prônent le règlement pacifique des conflits à l’exclusion du recours à la force et de l’intervention dans des affaires intérieures.

Le correspondant de la Voix de la Russie a ouvert la session de questions. « Il y a eu des guerres civiles, des conflits armés, le régime autoritaire dans l’histoire de votre pays aux ressources naturelles des plus riches en Afrique. Que faut-il faire pour qu’il puisse mettre à profit son potentiel colossal de développement et intéresser le business russe ? », a-t-il demandé au ministre Alexis Mwamba.

Le ministre Alexis Mwamba a visité cette fois plusieurs départements russes, notamment le ministère des ressources naturelles et de l’écologie, le ministère de la science et de l’enseignement où il s’est entretenu sur les aspects concrets de la cooperation. Il a mentionné en répondant à la question du correspondant le nom du businessman russe Serguei Guilvert ayant investi dans la prospection du gisement de niobium au Kivu. Guilvert est président du Conseil de direction de la compagnie « Rosspetzsplav ». Alexis Mwamba l’a invité pendant sa première visite en Russie à devenir consul honoraire de la RPC dans la représentation dans l’Oural siégeant à Ekaterinbourg. La délégation congolaise a engagé alors à la Chambre de commerce et d’industrie de Russie le premier business-forum avec la participation des entrepreneurs russes. Le ministre Alexis Mwamba a dit, notamment, en terminant sa première visite dans notre pays.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала