Libye : l’opposition accepte le plan de paix de l’Union Africaine

© Photo: RIA NovostiLibye : l’opposition accepte le plan de paix de l’Union Africaine
Libye : l’opposition accepte le plan de paix de l’Union Africaine - Sputnik France
La Libye sans Kadhafi : c’est à cette unique condition que l’opposition va accepter un cessez-le-feu.

La Libye sans Kadhafi : c’est à cette unique condition que l’opposition va accepter un cessez-le-feu. La délégation de l’Union Africaine (UA) qui s’est chargée de la médiation durant les pourparlers, fait la navette entre la capitale libyenne et le fief des rebelles, en essayant de réconcilier Tripoli et Benghazi.

Le plan de règlement pacifique, proposé par l’UA, a été accepté par Mouammar Kadhafi. Dans la capitale tout s’est bien passé, d’autant que le colonel avait déjà son plan de paix. Un jour avant M. Kadhafi avait proposé aux Libyens une réforme : remplacer son célèbre « Livre vert » par une Constitution fixant tous les droits et libertés.

Quant au plan apporté par les médiateurs de l’UA, il ressemble plutôt à une feuille de route. Voici les points du document : arrêter toutes les hostilités, assurer la livraison de l’aide humanitaire, ouverture du dialogue entre diverses couches de la société libyenne. De telles initiatives de l’UA doivent faire parfaitement l’affaire de M. Kadhafi dans sa situation présente. Mais il ne faut pas s’attendre à un grand effet de cette médiation, estime le politologue irakien, Dr Mudad Ujail.

« M. Kadhafi a, bien entendu, entièrement confiance en l’Union, puisqu’il a été l’un de ses cofondateurs. Or la situation en Libye n’est pas similaire à celle dans les pays arabes voisins. Je crois possible l’un des deux scénarios. Le premier : la Libye se divise en deux pays – l’ouest et l’est. Le deuxième : la Libye peut se démembrer et  se transformer en un agglomérat d’unions tribales se faisant la guerre », reprend le politologue.

Tous comprennent qu’un compromis est nécessaire. Certains analystes estiment que M. Kadhafi peut abandonner le pouvoir sous garantie d’immunité pour lui, sa famille et ses finances. D’autres remarquent que le chef de la révolution libyenne comprend très bien que l’Occident ne le laissera pas tranquille. En Libye, l’OTAN applique l’algorithme mis au point en Yougoslavie en 1999. On ne doit pas donc exclure que M. Kadhafi connaisse le sort du dernier dirigeant yougoslave Slobodan Milosevic.

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала