Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L'Ukraine toujours attachée au dialogue avec l'UE (Ianoukovitch)

© Sputnik . Sergey Guneev / Aller dans la banque de photosViktor Ianoukovitch
Viktor Ianoukovitch - Sputnik France
S'abonner
L'Ukraine n'a pas renoncé à la conclusion d'un accord d'association avec l'UE, a annoncé mardi le président ukrainien Viktor Ianoukovitch lors d'une conférence de presse à l'issue de négociations avec son homologue russe Dmitri Medvedev à Donetsk.

L'Ukraine n'a pas renoncé à la conclusion d'un accord d'association avec l'UE, a annoncé mardi le président ukrainien Viktor Ianoukovitch lors d'une conférence de presse à l'issue de négociations avec son homologue russe Dmitri Medvedev à Donetsk.

Après avoir rappelé que Kiev et Bruxelles avaient conçu un programme de coopération bilatérale, le chef de l'Etat ukrainien a déclaré que l'Ukraine prêtait "une oreille attentive à l'Union européenne".

"Si ce programme n'a pas changé, nous suivrons la voie esquissée", a-t-il ajouté.

L'Union européenne a officiellement annoncé mardi avoir reporté la visite de M. Ianoukovitch à Bruxelles fixée au 20 octobre. La porte-parole de la Commission européenne Maja Kocjancic a fait savoir à RIA Novosti que la rencontre entre le président ukrainien et le chef de l'exécutif communautaire, José Manuel Barroso, avait été reportée à une date ultérieure "quand les conditions seraient plus propices à des progrès sur les relations bilatérales".

Une autre porte-parole de la Commission européenne, Karolina Kottova, a réaffirmé mardi l'intention de l'UE de signer un accord d'association avec l'UE, mais a refusé de dire si ce document serait paraphé lors du sommet UE-Ukraine prévu à la mi-décembre à Bruxelles.

Dans le même temps, elle a indirectement reconnu que la décision de reporter la visite de M. Ianoukovitch était liée à "l'affaire Timochenko".

Le 11 octobre, un tribunal de Kiev avait condamné l'ex-égérie de la "révolution orange" Ioulia Timochenko à sept ans de prison pour avoir outrepassé ses compétences de première ministre lors de la conclusion de contrats gaziers avec la Russie en janvier 2010.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала