Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Syrie: le CNS veut être reconnu comme "représentant légitime du peuple"

© SputnikSyrie: le CNS veut être reconnu comme "représentant légitime du peuple"
Syrie: le CNS veut être reconnu comme représentant légitime du peuple - Sputnik France
S'abonner
Le Conseil national syrien (CNS), regroupant la majorité des courants de l'opposition, a appelé la Ligue arabe à le reconnaître comme "représentant légitime du peuple et de la révolution syriens", rapportent les médias arabes.

Le Conseil national syrien (CNS), regroupant la majorité des courants de l'opposition, a appelé la Ligue arabe à le reconnaître comme "représentant légitime du peuple et de la révolution syriens", rapportent mardi les médias arabes.

"Le Conseil n'acceptera la décision de la Ligue que si cette décision prévoit la suspension de la Syrie de cette organisation panarabe, l'expulsion de l'ambassadeur syrien du siège de la Ligue et la reconnaissance du CNS comme "représentant légitime du peuple et de la révolution syriens", a déclaré Jaber al-Shoufi, du Comité exécutif du CNS.

Et d'ajouter que la Ligue arabe devait soutenir la Syrie comme elle l'avait fait auparavant pour le peuple libyen, "en suspendant la Jamahiriya de la Ligue et en reconnaissant le Conseil national de transition libyen (CNT)".

Une délégation du CNS doit se rendre au siège de la Ligue arabe au Caire où des réunions ministérielles sont prévues sur la Syrie les 11 et 12 novembre.

M. al-Shoufi a rappelé que l'opposition syrienne avait rejeté l'initiative arabe dès son acceptation par Damas.

"Cette initiative n'arrête pas l'effusion de sang dans le pays, n'aide en rien le peuple syrien et ne soutient l'opposition ni à l'intérieur du pays ni à l'étranger", a ajouté l'opposant, en exhortant la Ligue arabe de retirer son plan.

Le régime syrien a accepté le 2 novembre le plan arabe de sortie de crise prévoyant un arrêt total des violences, la libération des personnes arrêtées lors de la répression, le retrait de l'armée des villes et la libre circulation des observateurs et des médias, avant d'entamer le dialogue entre le régime et l'opposition.

La répression se poursuit néanmoins, et rien que ces trois derniers jours, plusieurs dizaines de personnes ont été tuées dans différentes villes syriennes.

Selon l'Onu, la répression en Syrie a fait plus de 3500 morts. L'opposition parle de plus de 4.100 morts. Damas fait état de 1.500 victimes des deux côtés, dont plus de 1.100 policiers et militaires.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала