Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Internet: punir les appels à la violence, pas les opinions (Medvedev)

© RIA Novosti . Dmitriy Astahov / Aller dans la banque de photosDmitri Medvedev
Dmitri Medvedev - Sputnik France
S'abonner
Les gens ne doivent pas avoir à répondre devant la justice de la publication de leurs idées sur Internet, mais les appels à la violence sont passibles de poursuites judiciaires, a estimé le président russe Dmitri Medvedev.

Les gens ne doivent pas avoir à répondre devant la justice de la publication de leurs idées sur Internet, mais les appels à la violence sont passibles de poursuites judiciaires, a estimé lundi le président russe Dmitri Medvedev.

"Il faut élaborer des critères précis permettant aux services juridiques et aux organes judiciaires d'établir que dans une telle ou telle situation concrète, la personne a dépassé les limites de ce qui est permis et doit en répondre", a déclaré le chef de l'Etat devant des journalistes à Rostov-sur-le-Don.

Et de préciser que l'on ne pouvait poursuivre en justice qui que ce soit parce qu'il a exposé ses idées sur Internet.

"Mais s'il s'agit d'un appel à la violence, le pouvoir doit réagir. Si des appels à massacrer émanent d'Internet ou de réseaux sociaux, ce n'est plus de la liberté (…) car cela torpille les fondements de la cohésion nationale", a souligné le président.

Selon M.Medvedev, tant que les publications sur Internet ne contiennent pas d'appels à la violence, tout cela peut être qualifié de débats sur tel ou tel problème.

"Décréter la responsabilité juridique pour avoir fait des commentaires sur Internet, dans les réseaux sociaux, c'est ruiner Internet", a résumé le chef de l'Etat.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала