Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Syrie: l'ultimatum de la Ligue arabe prolongé jusqu'à la fin de la journée

S'abonner
L'ultimatum posé par la Ligue arabe à la Syrie a expiré à 11h00 GMT, mais Damas a jusqu'à la fin de la journée pour accepter des observateurs sur son territoire, sous peine de sanctions économiques, rapportent les médias en référence à des sources diplomatiques.

L'ultimatum posé par la Ligue arabe à la Syrie a expiré vendredi à 11h00 GMT, mais Damas a jusqu'à la fin de la journée pour accepter des observateurs sur son territoire, sous peine de sanctions économiques, rapportent les médias en référence à des sources diplomatiques.

"Le délai a déjà expiré mais la Ligue arabe laisse la porte ouverte à la Syrie pour donner sa réponse d'ici la fin de la journée", a dit un diplomate arabe.

Les ministres des Affaires étrangères des pays membres de la Ligue arabe se sont réunis jeudi au Caire pour se pencher à nouveau sur la crise syrienne. Ils ont évoqué le plan arabe de règlement du conflit syrien, qui comprend notamment l'envoi dans le pays d'une mission d'observateurs.

Avant d'envoyer 500 observateurs en Syrie, la Ligue avait exigé que Damas signe un protocole définissant les modalités de leur mission. Damas a apporté au document des amendements que l'organisation a rejetés.

Les sanctions envisagées sont l'arrêt des échanges commerciaux, des transactions avec la banque centrale syrienne et de toutes les transactions financières, le gel des avoirs gouvernementaux et la suspension des vols commerciaux.

La communauté internationale reste toutefois divisée sur la question syrienne, la Russie et la Chine s'opposant toujours à des sanctions contre Damas.

Afin de sanctionner l'absence de mise en œuvre par Damas du plan de sortie de crise, la Ligue arabe l'a suspendu de ses instances le 12 novembre.

La répression du mouvement de contestation sans précédent depuis l'arrivée au pouvoir du président Bachar al Assad en 2000 aurait déjà fait plus de 3.500 morts depuis la mi-mars, selon l'Onu. Damas dément se chiffre et affirme que le pays est en proie à des bandes armées financées depuis l'étranger.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала