Les BRICS coordonnent leurs actions avant la réunion des « huit » et le sommet des « vingt »

© Photo: EPALes BRICS coordonnent leurs actions avant la réunion des « huit » et le sommet des « vingt »
Les BRICS coordonnent leurs actions avant la réunion des « huit » et le sommet des « vingt » - Sputnik France
L’analyse de la situation économique mondiale, la réforme du FMI, la question de la sécurité énergétique, et la discussion des questions de la politique internationale - tous ces sujets seront au cœur du sommet des pays BRICS, qui se déroulera à New Delhi les 28 et 29 mars prochain.

Par ailleurs, les chefs des cinq Etats vont devoir coordonner leurs points de vue sur certaines questions sensibles à l'approche de la rencontre du G 8 et, ensuite, du G 20.

Jim O’Neill, l ‘économiste de Golman Sachs, est le créateur de l’abréviation BRIC. En 2001, il écrivait dans une note de recherche que le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine vont dominer l’économie mondiale d’ici à 2050. Quelques années plus tard, l’Afrique du Sud a décidé de réfuter cette affirmation en rejoignant l’union BRIC en 2011. Et l'abréviation a pris un « S » (pour l’Afrique du Sud)

Ce format des sommets des BRICS est apparu il y a trois ans, et la rencontre de New Dehli est déjà la quatrième. Lors de cette rencontre, outre les questions de la politique mondiale, des problèmes liés à l'interaction des cinq pays seront également discutés. Et l’un des objectifs stratégiques – c’est l'énergie, un secteur, dans lequel ils ont obtenu des résultats significatifs. Un exemple frappant – la mise en service de l'oléoduc Skovorodino-Mohe entre la Russie et la Chine, par lequel 15 millions de tonnes de pétrole brut sont arrivés dans l’Empire du Milieu. En ce qui concerne la coopération financière, une décision importante sera prise au sommet en Inde. Elle permettra aux pays BRICS de ne plus dépendre du dollar et de l’euro, affirme l'assistant du président russe Arkadi Dvorkovitch.

« En marge du sommet, les dirigeants des banques des pays BRICS devront signer un accord général sur l'octroi de crédits en monnaies nationales dans le cadre du mécanisme de coopération interbancaire entre les cinq pays et la confirmation multilatérale des lettres de crédit. Il s'agit d'une étape importante dans le développement des transactions en monnaies nationales ».

Très probablement, les dirigeants des pays BRICS vont egalement examiner l’initiative de l'Inde pour établir une Banque de développement « Sud-Sud », qui pourrait financer des projets différents dans les pays en voie de développement.

« Les paramètres d'une telle banque sont actuellement discutés », précise Arkadi Dvorkovitch. « Mais pour l’instant, il n’est pas clair en combien de temps et sur la base de quelle structure cette banque pourrait être créée. Les ministres des Finances et les ministres de l'Economie sont en train de discuter de cette question. Mais tout mécanisme, destiné à aider le développement des pays les plus pauvres, principalement en Afrique, est un indicateur de l'unité des pays BRICS dans ces questions ».

Cette initiative aura certainement une suite, car des précédents dans ce domaine sont nombreux. Il suffit de citer l’exemple de la Banque asiatique de développement, une banque commune de la Russie et du Kazakhstan. Quant aux experts, ils considèrent qu’il faut avant tout voir si des institutions financières existantes ne peuvent pas jouer le rôle d’un organisme bancaire « Sud-Sud ». Si ce n’est pas le cas, il faudra alors créer une nouvelle structure.

La question de la participation des pays BRICS dans les programmes anti-crise du Fonds monétaire international (FMI) sera également abordée lors du sommet. Actuellement, le FMI a besoin de la recapitalisation, principalement pour aider les pays européens, qui font face à la crise de dettes. Et les investissements des pays BRICS dans le capital du FMI sont déjà assez élevés. Toutefois, si ces pays décident d’agir en conformité avec les besoins des pays européens, les BRICS devront accroître les ressources du FMI. Et l'une des questions qui sera posée lors du sommet, ce sera le volume et la nature de cette participation.

Tout comme lors des sommets précédents, la réunion de New Delhi va aussi aborder le sujet de la sécurité mondiale. Dans ce domaine, les problèmes les plus importants sont évidents. Il s’agit de la situation en Syrie et de la question nucléaire iranienne. Les dirigeants des cinq pays échangeront leurs points de vue et tenteront de coordonner les mesures communes à prendre.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала