Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Iran: les conséquences d'une frappe imprévisibles (Lavrov)

© Sputnik . Mikhail Fomichev  / Aller dans la banque de photosIran: les conséquences d'une frappe imprévisibles (Lavrov)
Iran: les conséquences d'une frappe imprévisibles (Lavrov) - Sputnik France
S'abonner
Les conséquences d'une frappe contre l'Iran sont imprévisibles, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, en visite en Arménie.

Les conséquences d'une frappe contre l'Iran sont imprévisibles, a déclaré lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, en visite en Arménie.

"Il est difficile d'en prédire les conséquences, mais une chose est claire, elles seraient très lourdes et extrêmement négatives", a précisé M.Lavrov devant les journalistes à Erevan.

Auparavant, les médias internationaux ont rapporté la préparation par Israël d'une frappe contre l'Iran, Téhéran ayant qualifié d'ennemi l'Etat hébreu plus d'une fois.

Le chef de la diplomatie russe a rappelé que le droit international interdisait le recours à la force s'il ne constituait pas une riposte à une attaque armée.

"Le soi-disant recours préventif à la force est interdit par le droit international", a souligné le ministre.

Et d'ajouter que la Russie espérait que "ceux qui envisageaient différentes options feraient preuve de responsabilité et respecteraient le droit international".

Selon M.Lavrov, si le pire arrive et que la force militaire est employée, cela se répercutera de façon négative sur la sécurité de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan, ainsi que sur celle du monde arabe.

"Il y a là tant de composantes, qu'il serait difficile de prédire les conséquences", a-t-il conclu.

Plusieurs pays occidentaux, Etats-Unis en tête, soupçonnent l'Iran de chercher à se doter de l'arme nucléaire sous couvert d'un programme civil mené, selon Téhéran, à des fins pacifiques. Le Conseil de sécurité de l'Onu a déjà adopté plusieurs résolutions sanctionnant l'Iran pour son refus d'établir un moratoire sur l'enrichissement d'uranium. Préoccupés par la poursuite des activités nucléaires de Téhéran, les pays de l'UE ont décrété le 23 janvier un embargo sur les exportations pétrolières iraniennes. L'Iran a pour sa part menacé de prendre des mesures de riposte face aux sanctions occidentales.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала