Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Russie et le Maroc ont confirmé le niveau élevé des rapports

La Russie et le Maroc ont confirmé le niveau élevé des rapports
La Russie et le Maroc ont confirmé le niveau élevé des rapports - Sputnik France
S'abonner
Ainsi, la Russie et le Maroc ont confirmé le niveau élevé des rapports. C&rsquo

Ainsi, la  Russie et le Maroc ont confirmé le niveau élevé des rapports. C’est le résultat des pourparlers entre le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov avec le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération Saad-Eddine El Othmani ayant été en visite de travail de trois jours à Moscou. Les ministres ont donné une conférence de presse conjointe.

C’est la première visite de mon homologue marocain après sa nomination en mars dernier. Nous sommes satisfaits que nous avons fait connaissance et contents des résultats de nos premiers pourparlers », a dit Serguei Lavrov en ouvrant une conférence de presse :

Nos rapports évoluent d'une manière stable conformément à la Déclaration sur le partenariat stratégique signée en 2002, poursuit Serguei Lavrov. Les liens économiques s’intensifient. Le chiffre d’affaires a doublé en 2011 ayant atteint deux milliards de dollars. Le potentiel de notre partenariat d’affaires est beaucoup plus important. Nous nous sommes entendus de le mettre au maximum à profit par le biais du mécanisme de la Commission intergouvernementale pour la coopération économique et scientifico-technique et par le biais des Conseils russo-marocain et russo-arabe. Les accords sur la coopération militaro-technique ont été signés en février dernier. Nous avons accordé une attention sérieuse aux liens humanitaires. Les Journées de la culture russe au Maroc se dérouleront cette année.

Nos  positions coïncident sur les problèmes clés, a dit le ministre russe. Il faut les régler en s’appuyant sur le droit international, le rôle central de l’ONU, en respectant la souveraineté et l’intégrité territoriale des Etats, en poursuivant le dialogue national sans ingérence extérieure. Nous envisageons sur cette base les événements du printemps arabe. A notre avis, tous ceux qui essaient d’influer sur les processus intérieurs en profitant de la confrontation devraient être prudents et responsables. Nous apprécions hautement la coopération avec le Maroc au sein de l’ONU, du CS de l’ONU où le Maroc est représenté en 2012-2013 en tant que membre non permanent. Nous signalons le rôle positif du Maroc dans le règlement du conflit arabo-israélien, des activités du Comité de coopération islamique pour Jérusalem avec à sa tête le roi du Maroc Mohammed VI.

Mon ajdoint Mikhaïl Bogdanov, a dit Serguei Lavrov, a visité Rabat ayant remis à Sa Majesté le message personnel du président de Russie Dmitri Medvedev. Notre collègue marocain m’a remis aujourd’hui le message du roi Mohammed VI. Les échanges réguliers de messages au sommet constituent le gage de l’évolution progressive du partenariat stratégique russo-marocain, a dit pour conclure le chef de la diplomatie russe.

Le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération Saad-Eddine El Othmani, a hautement apprécié les pourparlers à Moscou.

Ma visite dans la Fédération de Russie est très importante, votre pays étant depuis 2002 notre partenaire stratégique. Nos rapports bilatéraux se développent constamment dans divers domaines, dit Saad-Eddine El Othmani. Nous attribuons une grande importance vu la place de la Fédération de Russie sur l’échiquier international et son rôle dans le règlement des problèmes internationaux. Nous sommes convaincus que la Russie est un facteur de stabilité et de sécurité, notamment au Proche-Orient et en Afrique du Nord. De ce fait, il est nécessaire de poursuivre les consultations réciproques sur les questions d’intérêt commun. Nous envisageons l’avenir avec optimisme, nous poursuivrons la coopération économique et évaluerons à la séance de la Commission intergouvernementale fin 2012 à Rabat les possibilités de précipiter l’application des ententes précédemment intervenues et déterminerons de nouveaux domaines du partenariat. Nous avons réaffirmé l’aspiration à étendre nos liens dans le message que le roi Mohammed VI m’a chargé de remettre au président de Russie Dmitri Medvedev.

Le correspondant de la Voix de la Russie a demandé aux deux ministres d’apprécier la situation au Sahel ayant évoqué les craintes du président mauritanien. Celui-ci n’exclut pas que la région devienne un nouvel Afghanistan. Comment la communauté mondiale peut prévenir ce danger ?

Nous sommes intéressés à ce que le Sahel soit une région stable, répond le ministre marocain. Le danger d’un regain d’activité des groupes islamistes, de dissémination d’armes subsiste et nous poursuivons le dialogue avec les pays voisins pour renforcer la sécurité. Nous  espérons que le dialogue débouchera sur un partenariat stratégique. La Russie, grande puissance et grand joueur sur l’échiquier international, doit jouer son rôle dans ce processus. Le Maroc participe à la recherche de moyens de remédier à la situation explosive au Sahel. J’ai visité ces derniers jours la Côte d’Ivoire, le Niger et le Burkina Faso et je me suis entendu avec leurs leaders de promouvoir la coopération dans ce domaine. Il est prévu de convoquer en mai au Maroc une conférence à un niveau élevé des Etats du Sahel et du Sahara et des pays maghrébins. Vingt-huit pays africains intéressés à régler la crise dans la région, à y assurer la stabilité et la sécurité doivent y participer.

Le ministre russe des AE a dit, en particulier, en répondant à la question de notre correspondant :

La Russie soutient activement les efforts des Africains en vue de régler les problèmes compliqués au Sahel, dit  Serguei Lavrov. La communauté mondiale doit encourager activement ces efforts. Or, il faut tirer l’enseignement des récents événements en Afrique, en premier lieu en Libye. L’OTAN y a engagé les bombardements n’ayant rien à voir avec le respect du mandat du CS de l’ONU. Le pays s’est avéré déstabilisé et nous soutenons activement les efforts des autorités de transition en vue d’établir l’ordre mais les problèmes n’en deviennent pas moins nombreux en Libye. En plus des explosions de violence en Libye, l’instabilité se répand sur les Etats voisins sous forme de contrebande d’armes, d’infiltration des commandos, etc. Nous assistons aujourd’hui au Mali aux résultats des processus de déstabilisation. De ce fait, nous sommes absolument convaincus que le scénario libyen ne doit pas se répéter où que ce soit.

Le chef de la diplomatie russe a formulé à la demande du correspondant de la première chaîne de télévision marocaine sa position sur le règlement de la crise au Sahara occidental.

Membre  du CS de l’ONU, la Russie fait, en outre, partie du Groupe d’amis du règlement au Sahara occidental, répond Serguei Lavrov. Nous suivons l’évolution de la situation en attribuant la plus grande importance aux opinions des participants aux pourparlers. En ce qui concerne la partie marocaine, nous avons entendu aujourd’hui de tels jugements. Ils sont importants pour notre travail en perspective. Nous sommes satisfaits que le CS adopte traditionnellement les résolutions sur le problème du Sahara occidental exclusivement sur la base du consensus ce qui porte à croire qu’une solution admissible pour toutes les parties sera trouvée. La Russie poursuit ses efforts en quête de règlement tant dans le cadre du processus politique qu’en participant à la Mission de l’ONU pour le référendum au Sahara occidental où le contingent russe est déployé dès le début et est le plus important.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала