Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Trafic d'organes: l'Albanie approuve une enquête de l'UE

© Sputnik . Ilya Pitalev / Aller dans la banque de photosTrafic d'organes: l'Albanie approuve une enquête de l'UE
Trafic d'organes: l'Albanie approuve une enquête de l'UE - Sputnik France
S'abonner
Le parlement albanais a adopté jeudi un projet de loi autorisant une commission internationale à enquêter sur le trafic d'organes humains prélevés illégalement au Kosovo pendant le conflit armé de 1998-1999, ont rapporté les médias internationaux.

Le parlement albanais a adopté jeudi un projet de loi autorisant une commission internationale à enquêter sur le trafic d'organes humains prélevés illégalement au Kosovo pendant le conflit armé de 1998-1999, ont rapporté les médias internationaux.

Tirana ouvre ainsi les portes aux procureurs de la Mission de police et de justice de l'UE au Kosovo (EULEX) chargés d'enquêter sur les allégations de trafic d'organes commis par des soldats de l'UCK (Armée de libération du Kosovo) contre des prisonniers de guerre serbes et l'implication du pouvoir politique kosovar dans le trafic.

Le diplomate américain John Clint Williamson, chef de l'équipe spéciale de procureurs d'EULEX depuis août 2011, a estimé que cette décision du parlement albanais témoignait de l'attachement de l'Albanie à la justice.

En décembre 2010, un scandale à éclaté suite à la publication d'un rapport dénonçant un trafic illicite d'organes humains au Kosovo par Dick Marty, rapporteur suisse pour l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).

La préparation du rapport avait débuté en 2008, suite à la parution du livre de Carla del Ponte, ancienne procureure du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), intitulé "La traque, les criminels de guerre et moi". L'ouvrage évoquait le sort d'environ 300 Serbes kosovars, dont des femmes, enlevés en 1999 et transportés en Albanie pour un prélèvement d'organes.

Le rapport accusait des personnes proches du premier ministre kosovar Hashim Thaçi d'être impliquées dans des meurtres commandités, des enlèvements et le trafic d'organes humains.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала