Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

G8 : unanimité sur fonds de problèmes aigus

© Photo: EPAG8 : unanimité sur fonds de problèmes aigus
G8 : unanimité sur fonds de problèmes aigus - Sputnik France
S'abonner
Le sommet de G8 s’est terminé à Camp-David. Selon le Premier-ministre russe Dmitri Medvedev ainsi que des analystes, ses résultats sont encourageants. Les dirigeants des 8 pays ont fait preuve de l’unanimité.

A la conférence de presse, Dmitri Medvedev a répondu à La Voix de la Russie :

" Selon moi, et c’est mon cinquième sommet, celui-ci est le plus consistant quant aux arguments, discussions, engagements de toutes les parties. Il n’y avait presque pas de contradictions ".

Les parties sont d’accord dans leurs prises de position concernant la Syrie, l’Iran ou la Corée du Nord. Notamment, les membres du G8 ont unanimement noté que le gouvernement syrien ainsi que toutes les parties impliquées au conflit doivent immédiatement accomplir leurs engagements visant à la réalisation du plan du représentant de l’ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan. La délégation russe a noté que la déclaration sur la Syrie correspond à la position soutenue toujours par Moscou.

Les dirigeants mondiaux sont tous d’accord que l’Iran ne doit pas posséder l’arme nucléaire.

Une autre décision importante concerne la création d’un fonds spécial destiné aux pays arabes qui ont vécu les révolutions. Son montant initial sera de 250 millions de USD.

Le sommet de Camp-David a une grande importance, estime l’expert de l’Institut de l’Europe Dmitri Danilov :

" L’imprécision caractérise la situation en Europe et dans les relations internationales. Cela concerne tant l’Afghanistan que les relations Russie-USA. Et le G8 est devenu le forum permettant de conserver la base pour la coopération ultérieure ".

D’habitude, le G8 attache moins d’importance aux questions économiques, celles-ci étant de ressort du G20. Pourtant, la situation en Europe est telle qu’il est impossible de l’ignorer. Il s’agit, avant tout, de la Grèce.

Les dirigeants mondiaux sont défavorables quant à la sortie de la Grèce de la zone euro. L’assistance à ce pays pourrait se chiffrer à 12, 4 milliards USD. Voici l’opinion de l’analyste de l’Institut de l’Europe Vladislav Belov :

" C’est l’accord intermédiaire sur la stabilité de la zone euro du point de vue de la discipline budgétaire. Personne ne le met en doute, pourtant une pression se fait sur l’Allemagne en ce qui concerne la croissance économique pour qu’elle adoucisse ses demandes concernant la discipline budgétaire rigide ".

Le G8 a démontré que les participants du G8 veulent trouver ensemble des solutions dans les crises politiques aussi bien qu’économiques.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала