Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L’OTAN et l’OTSC doivent s'unir contre le narcotrafic

© Photo : EPAL’OTAN et l’OTSC doivent s'unir contre le narcotrafic
L’OTAN et l’OTSC doivent s'unir contre le narcotrafic - Sputnik France
S'abonner
La lutte de l’OTAN en Asie centrale contre le trafic de drogues est inefficace. Il faut lutter contre leur production, a déclaré le chef du service anti-drogue de Russie Viktor Ivanov qui a également exhorté les pays de la CEI à conjuguer leurs efforts contre les producteurs des drogues.

Le service anti-drogue de Russie est persuadé : la lutte principale doit viser les plantations de chanvre et de pavot, ainsi que les laboratoires qui produisent les drogues. L’inefficacité des efforts de l’OTAN dans la lutte contre les stupéfiants est prouvée par la pratique : malgré le grand nombre d'opérations menées par l’alliance, des tonnes de drogues sont régulièrement saisies aux frontières de la Russie et des pays de la CEI. Pourtant, l’OTAN ne changera pas sa méthode de lutte contre le trafic, estime l ‘expert militaire russe Igor Korotchenko.

« Vu la responsabilité assumée par l’ISAF pour la situation en Afghanistan, il est évident que l’OTAN ferme les yeux sur ce problème, et les raisons sont inconnues. Il est notoire que l’ Afghanistan est devenu le premier producteur de drogues après l’arrivée dans le pays des troupes otaniennes. C’est toute une industrie, et les banques afghanes sont disposées à octroyer les crédits aux producteurs. La position de l’OTAN est ambiguë : si la volonté de lutter contre les drogues avait été réellement ferme, l’alliance aurait liquidé les plantations de pavot avec des moyens chimiques ».

Une autre composante, non moins importante est la liquidation des laboratoires où de nouveaux types de drogues synthétiques sont fabriqués. Rien qu’en 2011, 49 nouveaux types de drogues synthétiques ont été identifiés. Mais, leur interdiction exige du temps, et il faut parfois un an pour les analyser. Le pays va bientôt se doter d’un centre de recherches dont la mission sera d’accélérer ce processus. Les amendements à la législation anti-drogue rendront, eux aussi, cette lutte plus efficace.

Selon les données du service anti-drogue de Russie, le pays compte quelque 8 millions de drogués. Et ils sont responsables à 80% de la criminalité dans les rues. Ces gens organisent le marché de la drogue et les filières d'écoulement. Une loi est en cours d'élaboration sur la responsabilité alternative des drogués, en vertu de laquelle ils auront le choix entre la privation de liberté ou l'injonction thérapeutique. T

 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала