Vladimir Poutine face aux journalistes

© Photo : RIA NovostiVladimir Poutine face aux journalistes
Vladimir Poutine face aux journalistes - Sputnik France
Quatre heures et demie et plus de 80 questions. Le président Vladimir Poutine a évoqué dans sa conférence de presse l’économie et la politique mondiale, les rapports de la Russie avec les pays occidentaux et ses voisins proches, sa santé et son calendrier.

1226 journalistes ont adressé leurs questions au président après avoir écouté son compte rendu dans lequel il a dressé lé bilan de l’année, parlé de la majoration des salaires et de la baisse du chômage, de l’accroissement de la natalité et de la baisse de la mortalité. La première question concernait le projet de loi adopté la veille en seconde lecture par la Douma d’Etat en réponse à l’acte Magnitski. La Douma a approuvé, en particulier, l’interdiction pour les citoyens des Etats-Unis d’adopter les enfants russes. Les journalistes ont posé plusieurs questions liées à cette décision que le président a qualifiée d’émotionnelle mais adéquate.

« Cela ne concerne pas des personnes concrètes. Les citoyens américains adoptent des enfants russes avec dans la plupart des cas, et peut-être toujours, de bonnes intentions. Nous leur sommes profondément reconnaissants. Or, l’attitude des autorités américaines envers les problèmes qui surgissent ne correspond ni à l’esprit ni à la lettre des accords que nous signons avec les Etats-Unis. C’est une attitude hautaine, dirais-je. C’est pour ça qu’ont été adoptées des décisions appropriées. J’ai déjà abordé ce sujet. On interdit à nos représentants l’accès aux tribunaux ? Peut-on agir ainsi ? »

Le président devra trancher : signer ou non la « loi Dima Yakovlev ». Poutine a souligné qu’il était nécessaire d’approuver le programme d’adoption d’enfants par les familles russes, de réunir les stimulants moraux et matériels et de perfectionner la législation.

L’éventuelle interdiction pour les citoyens américains d’adopter des enfants russes fait suite à l’examen de la loi américaine dirigée contre la Russie. Poutine a exprimé sa reconnaissance aux législateurs américains qui signalent à la Russie ces problèmes. Or, ce n’est pas un prétexte pour remplacer une loi antirusse par une autre, a-t-il précisé.

Les rapports avec les Etats-Unis constituent un vaste sujet. En ce qui concerne le système ABM en Europe, l’OTAN et les Etats-Unis ne se montent pas disposés à dissiper les doutes de la Russie au sujet de la menace contre son potentiel nucléaire. A en croire les déclarations faites à l’époque par Bush junior, la Russie et les Etats-Unis ne sont pas des ennemis. Selon Poutine, il faut rechercher sur cette base un compromis. A son avis, la compréhension est meilleure avec un autre membre de l’OTAN, la France. Malgré les moments tragiques de l’histoire, les peuples des deux pays sont proches sur le plan spirituel. Certains citoyens français connus recherchent le soutien en Russie.

« Je suis convaincu que les hauts fonctionnaires ne voulaient pas offenser Gérard Depardieu. Nous défendons toujours notre politique, les décisions que nous adoptons. Si la délicatesse est absente, c’est regrettable, rien de plus. Les acteurs, les musiciens, les peintres ont une âme fine. De ce fait, je comprends les sentiments de M. Depardieu qui traverse actuellement une étape difficile. Si Gérard veut en fait un permis de séjour ou un passeport russe, c’est une affaire réglée, et d’une manière positive ».

Poutine a abordé plus en détail les liens économiques avec l’Europe. Le géant gazier russe Gazprom développe activement son infrastructure : Nord Stream sur le fond de la Baltique, South Stream et Torrent bleu – sur le fond de la mer Noire. Les projets russes d’envergure symbolisent pour les Européens la fiabilité. Or, tout le monde ne parvient pas à adopter des décisions stratégiques.

L’économie russe et mondiale est un sujet à part. Les journalistes se sont intéressés au problème de la fuite des capitaux vers les zones offshore. Le président a commenté ce sujet dans son Message à l’Assemblée fédérale.

« Il faut rechercher tout comme plusieurs pays européens la signature d’accords appropriés avec les zones offshore et dévoiler l’information fiscale, notamment sur les bénéficiaires ».

Quelle est la différence entre le Poutine de l’année 2000 et celui de 2012 ? C’est une question compliquée, a avoué le président. Selon lui, cette période n’était pas la pire, loin s’en faut, dans l’histoire du pays. T

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала