Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

De Rospatriotism, des Cosaques et de l’interdiction de MTV

© SputnikAlexandre Latsa
Alexandre Latsa - Sputnik France
S'abonner
Le 5 décembre dernier, je tentais de tracer les grands traits du modèle de société que la Russie allait vraisemblablement tenter de développer, en accentuant la tendance en cours: transformer un pays sans idéologie en héraut mondial du conservatisme.

Le 5 décembre dernier, je tentais de tracer les grands traits du modèle de société que la Russie allait vraisemblablement tenter de développer, en accentuant la tendance en cours: transformer un pays sans idéologie en héraut mondial du conservatisme. Je citais quatre piliers qui devraient vraisemblablement être les piliers de la Russie de demain: Patriotisme, Eurasisme, Etat et Religion.

Le discours annuel du président de la fédération de Russie en date du 12 décembre a confirmé la piste Eurasiatique puisqu’en plus de l’avancée de l’union eurasiatique, Vladimir Poutine a confirmé l'orientation de la Russie vers la zone Asie-pacifique durant ce siècle en affirmant: "Au 21ième siècle le vecteur de développement de la Russie devra être le développement de l’Est du pays, de la Sibérie et de l’extrême orient qui représentent un énorme potentiel".  Un cap à l’est que les lecteurs de RIA-Novosti avaient pu entrevoir dès le mois d’octobre 2011.

Mais le modèle de société semble la préoccupation centrale de la politique intérieure de la Fédération de Russie pour  ces prochaines années. Le modèle multiculturel de la Russie est soumis à deux tendances contradictoires. Une première tendance pourrait le faire évoluer vers un modèle multinational, qui mettrait en cause même les fondements de l’unité russe en faisant apparaitre le risque séparatiste: c’est le risque de l’émergence d’une nation Tatare ou Tchétchène sur le modèle des nations-régions européennes, que l’on pense à la nation corse, bretonne ou Basque. Une sorte de réalisation au 21ième siècle du rêve prométhéen, qui verrait Moscou se détacher d'abord du Caucase, et pourquoi pas ensuite de l’extrême orient puis de la Sibérie et finalement de l’Oural. Une seconde tendance tend à maintenir l’autorité de l’état sur la Russie en transformant la fédération de Russie en une "nation russe" d’un nouveau genre: une "nation pluriethnique" selon les propres mots du président.

C’est en Russie l’état qui semble prendre en main la construction ce de nouveau modèle russe, qui apparait comme de plus en plus éloigné du modèle occidental, et est majoritairement destiné à la jeunesse de Russie. A ce titre, une agence d’état appelée Rospatriotism a été créée et va commencer à opérer en 2013 avec l’objectif clair d’inciter les jeunes à défendre et aimer leur patrie. La première des tâches de cette structure sera l’établissement d’un authentique système éducatif patriotique via principalement l’instauration de jeux patriotiques à l’école, mais aussi d’envoyer les jeunes lycéens et collégiens quelques jours à l’armée pour les habituer à une forme de vie militaire et les habituer au contact des armes. Dans un second temps seront crées des centres militaro-patriotiques dans lesquels les enfants seront envoyés durant les vacances d’été. Dès le début 2013 des structures de Rospatriotism seront ouvertes à Moscou, Novossibirsk, mais aussi à Kaliningrad ou dans l’extrême orient russe à Khabarovsk. P
our Nadejda Korneeva, vice présidente de l’association, le but de Rospatriotism est de "favoriser l’unité de la société russe en vue de la création d’une grande Russie".

Ce retour aux valeurs patriotiques dès le plus jeune âge est une mesure fondamentale qui est à mettre en parallèle à une autre mesure fondamentale toute récente : la reconstitution d’un ordre cosaque de 400.000 hommes, avec les mêmes droits et fonctions qu'à l'époque de l'armée impériale Russe. Cette mesure fait suite à l’apparition de patrouilles de cosaques dans certaines grandes villes de Russie afin de contribuer à faire respecter l’ordre public en épaulant les forces de police. De nombreux commentateurs qui ont critiqué cette mesure (les cosaques étant avant tout des troupes sanguinaires) n’ont sans doute pas bien interprété la portée symbolique et mystique d’une telle évolution.

Cette évidente remilitarisation de la société russe s’est accompagnée d’une surprenante nouvelle, venue de la Douma, puisque des députés ont proposé que le service militaire soit de nouveau possible dès 18 ans pour les jeunes femmes qui le souhaitent. Le projet ne fait pas l’unanimité à ce jour, mais est un indicateur de l’orientation que prend la société russe, qui se rapproche des modèles de société conservateurs et militaristes, sur le modèle chinois, bien plus que sur le modèle social-démocrate européen.

Autre indice de friction entre le modèle culturel occidental et la Russie, la chaine MTV va cesser ses émissions en Russie en juin 2013, son contrat de diffusion n’étant pas renouvelé. Cette fermeture ne fait pas seulement suite au scandale politique datant de février dernier lors de la diffusion d’une émission politique controversée intitulée Gosdep et animée par Ksénia Sobchak, l’une des égéries de l’embryonnaire tentative de révolution de couleur de décembre dernier en Russie. La fermeture de la chaine semble plutôt due à une audience en baisse et aux demandes répétées de certains hommes politiques (notamment le député de l'Assemblée législative de Saint-Pétersbourg Vitaly Milonov) souhaitant la fermeture de la chaine pour des raisons morales et de respect des téléspectateurs. Nombreuses sont les mères de familles qui se sentiront sans doute soulagées par de la fermeture de MTV, d’autant plus qu’existe déjà Muz-TV, un équivalent russe.  C'est bien la morale qui apparait de plus en plus comme l’un des points essentiels de discorde entre la Russie et l’Occident.

Alors que l’année 2013 commence, la Russie semble donc de plus en plus décidée à développer un nouveau modèle de société, différentié du modèle civilisationnel occidental. Un nouveau modèle en pleine élaboration.

L’opinion exprimée dans cet article ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction, l'auteur étant extérieur à RIA Novosti.

Alexandre Latsa est un journaliste français qui vit en Russie et anime le site DISSONANCE, destiné à donner un "autre regard sur la Russie".


"Un autre regard sur la Russie": La fin du monde, non, mais la fin du monde unipolaire, oui

"Un autre regard sur la Russie": La Syrie, la Russie et la France

"Un autre regard sur la Russie": La bataille pour l’Eurasie va-t-elle s’accélérer?

 "Un autre regard sur la Russie": Quel modèle de société pour la Russie de demain?

"Un autre regard sur la Russie": Dialogue Russie – Occident: un problème de morale?

"Un autre regard sur la Russie": La Russie: incarnation du rêve gaulliste au 21ème siècle?

"Un autre regard sur la Russie": La guerre totale contre la corruption a-t-elle commencé?

"Un autre regard sur la Russie": Une déclaration de guerre contre la Russie?

"Un autre regard sur la Russie": Quel bilan tirer des dernières élections en Fédération de Russie?

"Un autre regard sur la Russie": La faillite des révolutions colorées

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала